Comment se développe le périmètre crânien des enfants autistes ?

L’autisme est un trouble neurobiologique avec une composante génétique mais aucune caractéristique biologique n’a été identifiée. Le diagnostic repose sur des indicateurs de comportement tels que les troubles des interactions sociales, de la communication, les activités répétitives et stéréotypées et l’évaluation des intérêts et des activités. Le diagnostic est fait en moyenne à 4-5 ans alors que la majorité des parents s’inquiète des troubles du développement avant 3 ans. L’identification des symptômes les plus précoces, permettant d’identifier l’autisme en cas de retard du langage avant 4 ans, et de le séparer des autres retards du développement, demeure un problème pour les professionnels de la petite enfance. Parmi les paramètres qui pourraient être utiles, il a été suggéré que l’accélération de la croissance du périmètre crânien (PC) durant les toutes premières années pourrait être un marqueur intéressant. Cependant, les études publiées ont fourni des résultats assez peu convaincants et reposant sur de petites séries.

Des chercheurs en psychiatrie de Melbourne ont étudié 126 enfants adressés pour retard du développement entre 18 et 48 mois. Tous les enfants ont subi des tests de développement et des tests de diagnostic de l’autisme basés sur l’observation et sur des tests d’interview des parents. Les renseignements sur les PC ont été tirés des examens de santé systématiques : en moyenne 9 mesures par enfant ont été effectuées. Les données ont été converties en logarithmes pour une meilleure exploitation statistique et comparaison avec les normes.

Au total, 86 enfants ont eu un diagnostic d’autisme et 40 de retard du développement sans autisme. Cependant, parmi les autistes, 11 étaient des filles et 8 dans l’autre groupe qui ont du être exclues des comparaisons en raison des effectifs insuffisants. De surcroît, 8 enfants, dont 7 autistes étaient nés prématurés, ont aussi été écartés de l’analyse.

Les médianes des PC ont été comparées en les étudiant en 7 tranches d’âge de la naissance à 25 mois. A la naissance et à chacune des autres tranches d’âge, il n’existait pas de différences significatives entre les 2 groupes de retard de développement. En comparaison des normes, le PC de naissance des autistes était significativement plus petit mais non celui des autres enfants retardés. A 18 mois, le PC médian était significativement plus grand que la norme 49 cm versus 47,9 cm (p < 0,001), ce qui n’était pas le cas des autres. La différence n’est cependant pas telle qu’elle puisse servir au dépistage de l’autisme.

Pr JJ Baudon

Référence
Gray KM et coll. : Could head circumference be used to screen for autism in young males with developmental delay ? J Ped Child Health 2012 ; 48 : 329-34.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Précision sémantique

    Le 04 mai 2012

    L'auteur de cet article apporte quelques informations au sujet de l'autisme, mais ma réaction porte sur cette phrase :
    "86 enfants ont eu un diagnostic d’autisme".
    Cette formule selon laquelle "on a" un diagnostic, malgré son apparence banale, marque une redoutable méconnaissance de ce qu'est un diagnostic, à savoir une triple réflexion sur
    1) De quelle maladie s'agit-il ?
    2) De quelles maladies qui ressemble à celle du malade ne s'agit-il pas ?
    3) Quelle est la cause de la maladie,
    autrement dit, les diagnostics positifs, différentiels et étiologiques.
    La formulation "avoir" ou "recevoir un diagnostic" est la marque d'une disparition de la méthode clinique, ce que je trouve, si elle se produit, une catastrophe médicale irrémédiable.

    Professeur Bernard Gibello

  • Très surprenant

    Le 09 mai 2012

    On peut interpréter les faits: est ce qu'on peut dire que le PC à la naissance serait plus petit et qu'une croissance excessive durant les 18 mois s'en suivrait chez l'enfant autiste comme si le corps répondait à une souffrance intra utérine par un excès de croissance ?
    Tout ceci est très surprenant et demande nécessairement des confirmations sans parler du biais du diagnostic.

    Pascal Pommerol

Réagir à cet article