Ethylotests obligatoires : souffler et polluer !

À partir du 1er novembre 2012, tout conducteur de véhicule terrestre à moteur doit détenir un éthylotest non usagé dans l’habitacle, sous peine de devoir s’acquitter d’une amende de 11 euros. Les conducteurs prévoyants songeront à acquérir deux éthylotests pour pouvoir en utiliser un en toutes circonstances et être en mesure de présenter le second intact en cas de contrôle routier.

38 millions de voitures en France, deux « ballons » à usage unique recommandés par véhicule et un produit périmé au bout d’un ou deux ans : la France croulera bientôt sous des montagnes d’éthylotests mis au rebut. Les déchets pourraient représenter « 80 millions d’unités par an », selon l’ONG Robin des Bois.

Or la prolifération programmée de cet objet censé « sauver des vies » pourrait bien être contre-productive. Dans un article du Monde daté du 12 août 2012, on apprend que les éthylotests contiennent du dichromate de potassium, une substance chimique « cancérogène, mutagène et reprotoxique pour l’Homme et très toxique pour les organismes aquatiques ». Le président de l’ONG Robin des Bois, Jacky Bonnemains, a récemment écrit à la Ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, afin de l’alerter des dangers de cette bombe à retardement pour l’environnement et la santé.

La mise en décharge des éthylotests usagés expose à des risques de pollution des eaux superficielles et souterraines. Brûlés, les éthylotests chargeraient les fumées des incinérateurs en chrome. À raison de deux millièmes de gramme par éthylotest et de 60 millions d'unités mises sur le marché, la quantité de chrome VI à traiter serait d'environ 120 kg par an. 
 
Pourtant la question du recyclage des éthylotests a été totalement omise par le législateur. Pour preuve, le principal fabricant français des éthylotests certifiés NF, Contralco, préconise simplement de jeter les dispositifs «dans les poubelles» ou «dans les collecteurs de déchets plastiques pouvant être recyclés».

L’association Robin des Bois préconise la mise en place d’une filière de récupération spécifique, comme il en existe déjà pour les piles ou les ampoules. Cette filière à responsabilité élargie du producteur (REP) obligerait les fabricants d’éthylotests à financer leur élimination. Elle pourrait même imposer des critères d’éco-conception aux entreprises.
A défaut, l’ONG propose que les éthylotests usagés soient intégrés dans des filières existantes comme celles gérant les Déchets Diffus Spécifiques (déchets issus de produits présentant un risque pour la santé ou l'environnement comme les solvants, peintures, vernis) ou celles des déchets médicaux.

L‘association Chimie et société et la Société chimique de France se rallient à cette demande. « Ce qui nous a fait réagir, c’est la quantité. Jusqu’ici, c’était un produit confidentiel utilisé par la gendarmerie et la police », indique Lydie Valade, directrice de recherche au CNRS et présidente de Chimie et Société. Elle incite également les conducteurs à veiller au stockage des éthylotests dans le coffre plutôt que dans la boîte à gants pour éviter tout problème avec les enfants. « La détention et la manipulation de ces tests et notamment de leurs tubes réactifs peuvent être dangereuses notamment pour les enfants » approuve Robin des Bois qui ajoute que « les fabricants conseillent en cas d’ingestion ou de projection dans les yeux de contacter le centre anti-poison le plus proche ».

Amandine Ceccaldi

Copyright © http://www.jim.fr

Vos réactions (2)

  • Périmé et polluant !

    Le 17 août 2012

    Quand, en plus, on ne boit jamais, comme c'est mon cas..., je vais me retrouver avec un éthylo périmé avant qu'il n'ait jamais même servi ! Pour le coup, c'est vraiment polluant !
    S. Gallet

  • Une péremption de deux ans

    Le 21 août 2012

    Tout le monde doit justifier de la possession d'un éthylotest, non usagé, disponible immédiatement, qui respecte les conditions de validité, notamment la date de péremption...
    Donc il faudra changer l'éthylotest du coffre tous les 2 ans pour les 32 millions de véhicules en circulation !
    A quand un test au monoxyde de carbone avant de monter en avion, de rentrer dans une salle de sport..etc?
    Comment ça tout le monde ne fume pas et ne boit pas ?

    Colin Fontvieille

Réagir à cet article

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.