Des médecins montrent les dents contre les colliers en ambre

Paris, le mercredi 17 octobre 2012 – Les vertus de l’ambre censé apaiser les douleurs ressenties par les nourrissons et les jeunes enfants lors des poussées dentaires n’ont jamais été prouvées scientifiquement. Cette absence de données établies n’empêche pas aujourd’hui un nombre croissant de familles de faire porter des colliers d’ambre à leurs progénitures. Ces parents sont en effet convaincus non seulement des propriétés antalgiques de la pierre, mais également de son effet protecteur. Ils ne se démarquent en cela nullement des générations précédentes qui jetaient leur dévolu sur les pattes de taupe, dents de loup et autres talismans pour soustraire leurs enfants aux « mauvais sorts ». La différence réside d’une part dans la réputation très large dont bénéficie l’ambre : son prétendu « pouvoir » contre les douleurs dentaires (abondamment vanté sur les forums de jeunes mamans) explique en effet son utilisation par un nombre important de parents, y compris ceux qui se prétendent peu sensibles aux superstitions. D’autre part, pour assurer le contact entre leurs enfants et la pierre, les familles utilisent des colliers. Or, si les multiples vertus prêtées à l’ambre sont très loin d’être prouvées, il est certain que faire porter de tels bijoux à des enfants si petits, d’autant plus lorsqu’ils sont composés de perles est sans conteste dangereux. Les risques d’étouffement et d’étranglement n’ont en effet pas besoin d’être démontrés.

L’ambre a-t-il un effet sur le bon sens ?

Les parents en sont-ils conscients, en ont-ils été informés ? Apparemment nullement, si l’on en croit les résultats d’une étude coordonnée par Isabelle Claudet, chef du service des urgences pédiatries du CHU de Toulouse, menée auprès de 29 familles dans trois services d’urgences à Toulouse et Montauban. Interrogés sur les raisons les ayant poussé à utiliser un tel accessoire, 73 % des parents ont affirmé qu’ils apportaient un véritable apaisement à leur enfant. L’ambre avait été acheté sur internet ou en pharmacie et le produit avait été distribué dans la majorité des cas sans aucune mise en garde quant à la dangerosité du bijou. Forts de ces résultats mettant en évidence la nette supériorité de la superstition sur le bon sens, les auteurs de l’enquête appellent à une limitation de la vente de ce type d’objets et notamment l’interdiction de leur commercialisation en officine. Une demande dans ce sens a notamment été transmise au Conseil national de l’ordre des pharmaciens.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (9)

  • Peine perdue ?

    Le 17 octobre 2012

    Vous pouvez toujours essayer de leur expliquer bien gentiment, aux parents, que ce collier il est sans doute inutile, peut-être inconfortable et très certainement dangereux. Ils vous jettent alors un regard méprisant et hostile, se demandant si vous êtes seulement ignare ou vraiment méchant de vouloir ainsi que leur cher petit souffre le martyre lors de ses poussées dentaires : "tout le monde sait que ça marche...même le pharmacien me l'a conseillé".

    Dr Pierre Mauran

  • Un objet régulièrement demandé

    Le 18 octobre 2012

    Je préfere rappeler qu'il ne fait pas partie de la liste des " produits" que nous avons le droit de distribuer, mais certaines officines se laissent aller à la vente facile, achètent et revendent cet objet que régulièrement on nous demande...A chaque fois que cela m'est demandée, j'insiste sur le fait qu'il n'y a aucune preuve scientifique de leurs actions et que je n'en vends donc pas....

    Dr Laurent Tomas

  • Efficacité sur les lésions cutanées cervicales suintantes

    Le 19 octobre 2012

    Je ne connaissais pas les vertus supposées du collier d'ambre sur les douleurs dentaires! En revanche ce que je sais c'est son efficacité mécanique sur les lésions cutanées cervicales suintantes chez certains nourrissons. En 38 ans de carrière pédiatrique je n'ai jamais observé d'étranglements par colliers d'ambre ou autres colliers. Ne pas avoir vu ne signifie pas que cela n'existe pas.

    Dr Raymond Miallier

Voir toutes les réactions (9)

Réagir à cet article