Un audit du protocole « hypoglycémie néonatale » en maternité

L’hypoglycémie néonatale pouvant entraîner des séquelles cérébrales et un décès, la plupart des maternités se sont dotées de protocoles pour la détecter et la prévenir chez les nouveau-nés « à risque ».

Pour évaluer l’efficacité de ces protocoles, il faut que leurs directives soient respectées, ce qui n’est pas toujours le cas. Une maternité australienne a donc voulu savoir ce qui se faisait réellement dans ses murs.

Son protocole définissait les catégories de nouveau-nés à risque en suites de couches et il prévoyait notamment deux tétées, avant H1 et avant H6, avant la première glycémie par bandelette réactive à la 7e heure de vie.

Un audit a été réalisé en consultant les dossiers des 581 nouveau-nés à terme nés durant deux mois consécutifs, et les feuilles d’alimentation des seuls nouveau-nés à risque.

Vingt pour cent des enfants (115/581) ont subi au moins une glycémie le premier jour de vie. Il s’agissait de nouveau-nés ayant des facteurs de risque : diabète maternel (67, dont 65 fois un diabète gestationnel), poids de naissance insuffisant (18), ou excessif (2), aspect dénutri ou mauvais état (22), mais aussi de nouveau-nés hors protocole, qui avaient un poids inférieur au 10e percentile mais supérieur aux limites de poids fixées (8). Neuf enfants ont eu besoin de soins intensifs ; les 106 autres sont restés auprès de leur mère et ont bénéficié de 3,2 glycémies en moyenne pendant leur séjour.

A deux exceptions près, les enfants des deux principales catégories « à risque » ont été bien identifiés : 67 nouveau-nés de mère diabétique sur 68 et 18 nouveau-nés de petit poids sur 19.

Chez les enfants restés auprès de leur mère, les 2 écarts les plus fréquents avec le protocole étaient des retards sur les horaires prévus. La première tétée n’a eu lieu durant la première heure de vie que pour 39 % des enfants (âge médian au premier repas : 86 min). La césarienne, mais pas l’allaitement, était un motif de retard. La première glycémie par bandelette réactive n’a été faite avant H7 que chez 61 % des enfants (âge médian à la première glycémie : 6,5 h).

L’incidence de l’hypoglycémie a été de 9 %. Toutes les hypoglycémies sont survenues le 1er jour de vie et ont été modestes (entre 2,0 et 2,5 mmol/l) et asymptomatiques, ce qui peut s’expliquer par le fait que le premier dosage de glycémie a été fait après 2 repas de lait.

A la suite de l’audit, des mesures ont été prises pour améliorer l’adhésion au protocole.

Cet article illustre une démarche de qualité en maternité, l’audit du protocole « hypoglycéme néonatale » en suites de couches, suivi, éventuellement, de mesures correctives. Une telle démarche peut éviter des séquelles cérébrales à un certain nombre de nouveau-nés à risque.

Dr Jean-Marc Retbi

Référence
Sundercombe SL et coll. : Audit of a clinical guideline for neonatal hypoglycaemia screening. J Paediatr Child Health. 2013; Publication avancée en ligne du 24 juin. DOI: 10.1111/jpc.12293.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article