La grippe et la vaccination vues par le réseau GROG

Paris, le mardi 8 octobre 2013. Tandis que le lancement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière va débuter le 9 octobre 2013, que les vaccins sont disponibles depuis fin septembre dans les pharmacies, le réseau des GROG (Groupes Régionaux d’Observation de la Grippe) faisait le point le 3 octobre sur les virus responsables de la grippe et la vaccination lors de sa XXVIIème Journée Nationale qui a eu lieu à Paris.

Une couverture vaccinale qui rétrécit à la taille d’un plaid

Le Dr Anne Monier, de la Coordination nationale des GROG, a rappelé dans son intervention que l’objectif de 75 % de couverture vaccinale des personnes âgées est loin d’être atteint et qu’il a même subi un recul depuis la vague pandémique de 2009. Une désaffection retrouvée dans les chiffres de la CNAMTS avec 7 points de moins pour l’ensemble des patients ciblés (58,7 % en 2008 à 51,7 % en 2011) et pire, chez les patients âgés de plus de 65 ans, une chute de presque 10 points (64,8 % en 2008 à 55,2 % en 2011). Les vaccins trivalents sont pourtant bien tolérés selon les données de pharmacovigilance reprises par le Dr Alexis Jacquet de l’ANSM. La fréquence des réactions allergiques graves demeure extrêmement faible et le syndrome de Guillain Barré(SGB) ne s’observe que très rarement.  La polémique à cet égard serait même infondée puisque le vaccin aurait plutôt un rôle protecteur (la grippe étant elle-même un facteur de risque possible du SGB). Enfin, ce qui devrait rassurer les patients, les vaccins contre la grippe saisonnière ne contiennent pas d’adjuvant en particulier l’adjuvant AS03, associé à de rares cas de narcolepsie/cataplexie lors de la vaccination contre la grippe pandémique.

Un plaidoyer pour une information de qualité 

D’autres arguments seront nécessaires insiste le Dr Laurent Letrilliart pour améliorer la couverture vaccinale. Il plaide pour une information de qualité qui ne surestimerait ni l’efficacité de la vaccination ni les doutes sur la sécurité des vaccins qu’entretiennent la population et les professionnels de santé. Pour lui, le médecin généraliste doit relayer les éléments-clefs sur la maladie grippale et ses complications potentielles, les bénéfices attendus de la vaccination autant au plan individuel que collectif sans omettre les très faibles dangers; bien qu’on ne dispose pas de données d’efficacité clinique de bonne qualité pour la population cible, la balance bénéfice/risque penche actuellement en faveur d’une vaccination ciblée. Le rôle que pourraient tenir les pharmaciens pour la transmission de ces messages n’a pas été évoqué… Il s’interroge par contre sur le remboursement par la sécurité sociale de certaines souches homéopathiques promues en prévention grippale, mesure qui brouille la compréhension et l’adhésion des usagers au programme de vaccination grippale , vaccin, rappelons-le, qui n’est remboursable qu’à certaines catégories de la population…

Marjolaine Labertoniere

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article