Les psychiatres en temps de pandémie, acteurs majeurs de la lutte !

Comme le reste du monde, le Canada se trouve confronté à la Covid-19 qui bouleverse radicalement la vie de millions de personnes et a des répercussions majeures dans leur existence quotidienne. Comme les conséquences psycho-sociales de cette affection occupent en permanence le devant de la scène (confinement, réduction des contacts sociaux, chômage, angoisse, dépression, risque vital...), le Comité des normes professionnelles et de la pratique de l’Association des psychiatres du Canada a élaboré « une déclaration de principe » pour guider l’action des psychiatres en temps de pandémie. Résumons les sept points de cette déclaration :

  1. Implication et formation des psychiatres « en matière de processus, de politiques et de pratiques exemplaires » durant et après la pandémie, en vue de « décisions fondées sur des données probantes » pour les prises en charge thérapeutiques.
  2. Importance de la continuité des soins, malgré les propres préoccupations de santé et de sécurité (des professionnels eux-mêmes).
  3. En cas d’urgence ou d’épuisement professionnel attribuable à la surcharge de travail liée à une pandémie, les psychiatres doivent soutenir leurs collègues d’autres spécialités en participant directement aux soins des patients, y compris hors de leurs champs de pratique habituelle.
  4. Protection des droits et intérêts des patients, en prenant la défense de leurs besoins (notamment de soins psychiatriques).
  5. Maintien des standards éthiques et des approches réfléchies lors des processus décisionnels.
  6. « Vigilance » et « professionnalisme » pour résoudre les conflits pouvant survenir dans un environnement de travail stressant, imputable au contexte épidémique.
  7. Dans une telle période de « stress exceptionnel », continuer à montrer que la médecine « tient tant de l’art que de la science » en rappelant l’importance constante de certaines valeurs (humanité, empathie, compréhension) dans les relations avec les patients (et avec d’autres professionnels).  

Les auteurs rappellent que les psychiatres occupent une place unique pour offrir un soutien et des soins aux professionnels de santé en première ligne de la pandémie, menacés par un épuisement professionnel. Les psychiatres sont aussi aptes à « prodiguer des conseils d’experts » pour les directeurs des services hospitaliers devant « planifier des stratégies de bien-être et des outils de résilience pour maintenir leurs effectifs. » En d’autres termes, s’ils ne sont pas en première ligne de la lutte contre la Covid-19, les psychiatres ne demeurent pas moins des acteurs majeurs du combat contre ce nouveau coronavirus.

Dr Alain Cohen

Référence
Freeland A et coll.: Psychiatrists in times of pandemics. Canadian J Psy 2021, vol. 66(1); 67-70.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article