« Your NHS needs you » !

Londres, le jeudi 26 mars 2020 – Mobilisation des volontaires, dépistage massif, confinement, hôpital de campagne : après avoir longtemps minimisé l’importance de l’épidémie, le Royaume-Uni se lance pleinement dans la bataille du coronavirus.

« Stay home, protect the NHS, save lives » (restez à la maison, protégez le NHS, sauvez des vies). Depuis que le Premier Ministre Boris Johnson a annoncé, dans son allocution télévisée de lundi soir, mettre en place des mesures de confinement similaire à celle en vigueur sur le continent, les membres du gouvernement ne cessent d’appeler leurs concitoyens à faire preuve de civisme. Et multiplient les phrases chocs. « Si vous ne restez pas à la maison, les gens que vous aimez le plus pourraient mourir » a ainsi déclaré le ministre de l’Intérieur Michael Gove.

400 000 volontaires en 24 heures

Le Royaume-Uni est désormais pleinement mobilisé dans la lutte contre le coronavirus et les Britanniques se plongent dans cette nouvelle guerre avec un certain enthousiasme. Ce mardi, le ministre de la Santé Matt Hancock a lancé un appel au volontariat pour aider le NHS, le service de santé public britannique.

Alors que le gouvernement espérait 250 000 volontaires, 405 000 personnes se sont engagées en 24 heures. Signe de l’attachement sans faille des Britanniques pour le NHS, une véritable fierté nationale outre-Manche. Ces bénévoles auront notamment pour mission de venir en aide aux 1,5 millions de personnes vulnérables (malades chroniques et sujets de plus de 70 ans) qui sont astreintes à un confinement strict.

Vers un dépistage massif de la population

Tout est fait pour permettre au NHS, affaiblie par dix ans de politique d’austérité (deux fois moins de lits de réanimation par habitant qu’en France) de tenir face au pic de l’épidémie qui approche. 32 000 étudiants en médecine et soignants retraités ont été mobilisés. De nombreux industriels privés s’attellent à produire des respirateurs alors que l’université d’Oxford tente de concevoir un nouveau modèle plus rapide à fabriquer. Enfin, un hôpital de campagne qui pourra accueillir au final 4 000 patients est en cours d’édification dans l’ouest de Londres.

Le gouvernement de Sa Majesté souhaite également s’orienter vers un dépistage massif de la population. 5 000 tests par PCR sont effectués chaque jour mais Boris Johnson espère faire monter ce chiffre à 25 000. Le 10 Downing Street a aussi commandé 3,5 millions de tests sérologiques auprès du géant américain Amazon. Des tests rapides (15 minutes), réalisables à domicile, qui pourraient « changer la donne » selon les termes du Premier Ministre.

465 morts

Qu’il semble loin le temps où le gouvernement britannique tablait sur l’immunité collective et semblait vouloir ne rien faire, ou presque, face à l’épidémie. L’aggravation rapide de la maladie a eu raison de cette passivité. Le pays compte désormais près de 10 000 cas confirmés et 465 morts et les autorités font preuve d’un optimisme retenu malgré les nombreuses mesures prises ces derniers jours. « Les afflux de malades dans les deux prochaines semaines devraient pouvoir être gérés, mais je ne veux pas vous le promettre » a déclaré Chris Witty, conseiller médical du gouvernement.

QH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article