A lire absolument avant les fêtes de fin d’année !

D’assez nombreux travaux indiquent que les Mormons (membres de l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours), nombreux dans l’état de l’Utah, ont une mortalité d’origine cardiaque inférieure à celle observée chez les autres habitants cet état américain.

Bien qu’il soit très probable que le facteur tabac, dont la consommation est proscrite aux membres de cette communauté religieuse, puisse largement expliquer ce fait, on peut se demander aussi dans quelle mesure des autres préceptes de mode vie, tels que notamment le jeûne périodique, contribuent à cette relative faible mortalité d’origine cardiaque.

Afin de répondre à cette question « originale », la cohorte de quelque 4 500 sujets (n : 4 629) enrôlés dans l’Intermountain Heart Collaborative Study Registry a été revue. Rappelons que tous les patients de cette cohorte avaient bénéficié entre 1994 et 2002 d’une coronarographie.

Dans un premier temps, les auteurs de ce travail ont cherché à déterminer les éventuels liens entre les orientations religieuses et l’état des coronaires à l’angiographie (présence d’au moins une sténose ≥ 70 % à la coronarographie ou plaques ne dépassant pas 10 %). Après ajustement (y compris sur le tabagisme) il a été constaté que 61 % des Mormons avaient une atteinte coronaire significative contre 66 % dans le reste de l’échantillon (risque relatif  [RR] :0,81 ; p : 0,009).

Dans un deuxième temps, les auteurs ont cherché à étudier les liens entre le jeûne périodique (absence de prise d’aliments et de boissons au moins une fois par mois lors de deux repas de suite tel qu’il est recommandé aux membres de cette communauté religieuse) et les atteintes coronaires. Le jeûne est apparu associé à une moindre fréquence de lésions à la coronarographie (64 % versus 76 % ; RR : 0,55 ; IC : 0,35-0,87 ; p : 0,010). Les résultats restent très nettement significatifs après ajustement sur les habituels facteurs de risque (RR : 0,46 : IC : 0,27-0,81 ; p : 0,007). Accessoirement, il est également apparu que le jeûne régulier serait associé à une moindre fréquence de diabète (p : 0,048).

A confirmer mais d’ores et déjà à méditer avant les agapes de fin d’année !

Dr Olivier Meillard

Références
Horne BD et coll. : Usefulness of routine periodic fasting to lower risk of coronary artery disease in patients undergoing coronary angiography
Am J Cardiol 2008;102:814-9

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Mormons et risque CV

    Le 27 novembre 2008

    Quid de la polygamie et de l'activité sexuelle sur les évènements cardio-vasculaire ?

    Ramon Papadopoulos

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.