A propos de la transplantation d’îlots

Le premier but de la transplantation d’îlots (TI) est d’obtenir un contrôle glycémique correct, sans hypoglycémie sévère, une amélioration de la qualité de vie et la prévention des complications liées au diabète. L’insulino-indépendance, bien que souhaitable, n’est pas le premier objectif de la TI. La production de C-peptide qui suit la TI contribue à diminuer le risque de complications liées au diabète ; la détérioration de la fonction rénale observée dans certaines études n’a pas été retrouvée dans d’autres, possiblement du fait de la sélection de candidats indemnes de toute néphropathie (taux de filtration glomérulaire et microalbuminurie normaux) et la mise en route de traitements néphroprotecteurs et antihypertenseurs (type IEC et/ou ARAII). En ce qui concerne la survie, des progrès ont été observés à 1 et 5 ans post-TI, ces bénéfices devant être mis en balance avec les risques associés au traitement immunosuppresseur sur le long terme. La pratique de la TI en dehors des cas les plus graves de diabète de type 1 nécessite le développement de molécules non néphrotoxiques, et de nouvelles stratégies basées sur l’immunomodulation locale, la nano-encapsulation et l’induction de la tolérance. Ces stratégies sont actuellement testées dans des essais pré-cliniques et cliniques.

Dr Stéphanie Bernard

Référence
Ricordi C : Islet transplantation. 8th Joint Meeting of the Lawson Wilkins Pediatric Endocrine Society / European Society for Pediatric Endocrinology (New York) : 9-12 September 2009.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article