Ablation de la FA : quelle mortalité précoce ?

L’ablation par cathéter est devenue un élément important du traitement de la fibrillation atriale (FA) symptomatique car elle améliore significativement la qualité de vie des patients. De plus, chez des patients sélectionnés présentant une insuffisance cardiaque systolique, l’ablation de la FA, comparée au traitement médical, réduit davantage la mortalité de toute cause et les hospitalisations pour insuffisance cardiaque.

On dispose actuellement de peu d’informations concernant la mortalité précoce inhérente à la procédure.

C’est ce qui a conduit Cheng et coll. à l’évaluer à partir de 60 203 dossiers de patient âgés > 18 ans qui avaient été hospitalisés pour l’ablation d’une FA entre 2010 et 2015.

La mortalité précoce a été définie par la survenue d’un décès lors de l’hospitalisation initiale ou dans les 30 jours suivant la sortie.

Après l’ablation de la FA, il y a eu décès précoce dans 0,46 % des cas, dont plus de la moitié (54,3 %) sont survenus lors d’une réhospitalisation dans le mois suivant la sortie du patient.

De 2010 à 2015, le taux de mortalité post-ablation de la FA a augmenté, passant de 0,25 % à 1,3 5% (p < 0,001).

Un décès sur 200 patients

Le délai moyen qui s’est écoulé entre l’ablation de la FA et le décès a été de 11,6 jours (4,2 à 22,7).

Après ajustement pour l’âge et les comorbidités, certains facteurs sont apparus significativement associés à la survenue d’un décès précoce : complications de la procédure (odds ratio ajustés [ORa] 4,06 ; p < 0,001), insuffisance cardiaque (ORa 2,20 ; p = 0,011), faible volume d’ablations de FA réalisées dans le centre concerné (ORa 2,35; p = 0,003).

Il convient d’ajouter aux facteurs sus-cités, les facteurs suivants : complications liées à une perforation cardiaque (ORa 2,98 ; p = 0,007), complications en rapport avec une autre étiologie qu’elle soit cardiaque (ORa 12,8 ; p < 0,001) ou neurologique (ORa 8,72 ; p < 0,001).

Ainsi, l’étude de cette cohorte de patients représentative à l’échelle nationale montre que, dans les suites de l’ablation d’une FA, la mortalité précoce est d’environ un décès sur 200 patients traités, la majorité des décès survenant dans les 30 jours suivant la procédure initiale. Les complications procédurales, l’insuffisance cardiaque et la faible expérience du centre concerné sont des facteurs prédictifs de la survenue d’un décès précoce. La prise en charge rapide des complications post-procédurales et de l’insuffisance cardiaque pourrait permettre de réduire le taux de mortalité précoce lié à l’ablation de la FA.

Dr Robert Haïat

Référence
Cheng EP et coll. : Risk of Mortality Following Catheter Ablation of Atrial Fibrillation. J Am Coll Cardiol., 2019; 74: 2254–64.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article