Absence de contraception et diabète de type 2 : attention au non-dit

Le diabète de type 2 et l’obésité sont de plus en plus prévalents chez les femmes en âge d’avoir un enfant. Ces deux pathologies entraînent des complications obstétricales ou fœtales qui peuvent être évitées ou dépistées grâce à une planification de la grossesse. Il semble pourtant que l’usage de la contraception ne soit pas aussi développé chez les femmes souffrant d’un diabète de type 2 et/ou d’une obésité que chez celles ayant un poids normal.

Les réponses de 5 955 femmes âgées de 20 à 44 ans ayant participé à une étude épidémiologique menée en population égale aux Etats-Unis en 2002, ont permis d’analyser l’association entre les méthodes contraceptives utilisées et l’existence d’un diabète et/ou d’une obésité. Les diabétiques de type 2 n’utilisaient pas de méthode contraceptive pour 39 % d’entre elles, ce qui correspondait à une augmentation significative du risque d’un facteur 2,6 par rapport aux femmes non diabétiques.

Les femmes ayant un IMC > ou = 35 kg/m² n’employaient pas de méthode contraceptive pour 33 % d’entre elles, soit une augmentation significative du risque d’un facteur 1,6 par rapport aux femmes sans surpoids. Les femmes en surpoids ou ayant une obésité moins sévère ne différaient pas des femmes de poids normal pour l’utilisation de la contraception. En analyse multivariée, l’absence de contraception était significativement associée à un âge > ou = 30 ans, un antécédent de traitement pour infertilité, une ambivalence vis à vis du désir de grossesse, une origine ethnique afro-américaine. Les femmes vivant en concubinage utilisaient plus fréquemment une contraception. Après prise en compte de ces facteurs socio-démographiques, l’association entre l’existence d’un diabète, l’obésité et l’absence d’utilisation d’une méthode contraceptive devenait non significative.

Pour améliorer le planning familial chez les femmes diabétiques de type 2 ou obèses il est nécessaire de prendre en compte les croyances concernant la fertilité ainsi que l’ambivalence de désir de grossesse (grossesse non planifiée mais désirée), tout particulièrement chez les femmes âgées de plus de 30 ans.

L’absence de contraception chez une femme de plus de 30 ans, ayant un diabète ou une obésité sévère peut correspondre à un désir de grossesse non formulé et doit faire discuter une prise en charge pré-conceptionnelle. 

Dr Laurence Du Pasquier

Référence
Vahratian A et coll. : Family-Planning Practices Among Women With Diabetes and Overweight and Obese Women in the 2002 National Survey for Family Growth. Diabetes Care 2009; 32:1026-1031.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article