Acide nicotinique : une nouvelle perspective pharmacologique

L’acide nicotinique (ou niacine) a été utilisé dans le traitement des dyslipidémies car il exerce plusieurs actions bénéfiques sur les particules lipidiques et entraîne en particulier une augmentation du HDL cholestérol et une diminution des triglycérides. Mais les flushes qu’il induit sont des effets secondaires fréquents qui entravent la compliance thérapeutique et sont à l’origine de sous-dosage médicamenteux, voire d’arrêts du traitement.

L’activation du récepteur membranaire spécifique de la niacine, le GPR109A, est responsable au niveau du tissu adipeux de l’effet bénéfique de la molécule sur les lipides, par le biais d’une inhibition de la libération d’acides gras libres. D’autres mécanismes au niveau du foie ou de l’endothélium pourraient expliquer l’action de la niacine et sont aujourd’hui à l’étude.

Au niveau cutané,  90 % des cellules de Langerhans présentes dans l’épiderme expriment aussi ce récepteur nicotinique : son activation par la niacine stimule la synthèse et la libération de prostaglandines par ces cellules. La prostaglandine PGD2 stimule à son tour le récepteur DP1  présent au niveau des vaisseaux et entraîne localement une réaction vasodilatatrice responsable des flushes.

Le  rôle clé joué par l’interaction de la niacine et de son récepteur le GPR109A dans cet effet vasodilatateur indésirable est mis en évidence par les expériences animales avec des souris mutées qui ne possèdent pas ce récepteur et ne présentent pas de flushes sous niacine. Chez l’homme cet effet semble majoritairement médié ensuite par la prostaglandine PGD2 et son interaction avec le récepteur DP1.

Le laropiprant est un antagoniste puissant et spécifique du récepteur DP1, dont l’administration s’oppose à l’effet de la PGD2 par blocage de son récepteur mais sans inhiber la synthèse de prostaglandines. Associé à la niacine, le laropiprant diminue les flushes qu’elle induit et entraîne une amélioration de la compliance au traitement.

Dr Odile Biechler

Référence
Lipszyc PS: Insights into Niacin biology. European Society of Cardiology (ESC) Congress (Munich) : 30 août-3 septembre 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article