Affichage des tarifs : l’UFML veut jouer la transparence jusqu’au bout !

Paris, le jeudi 12 juillet 2018 - C’est une information qui a suscité une attention marquée de nos lecteurs et au-delà de l’ensemble des médecins libéraux. Depuis le 1er juillet, les obligations qui s’imposent aux praticiens en ce qui concerne la communication sur les honoraires qu’ils appliquent ont évolué. Désormais toutes les informations tarifaires concernant tous les types de consultations doivent être présentées de « façon lisible et visible » sur un même support, dans la salle d’attente et à l’endroit où s’effectue le paiement. Si de telles obligations s’imposaient déjà, de nouvelles mentions s’ajoutent désormais à la simple communication sur les coûts. Ainsi, en fonction du secteur d’activité, des précisions sur les modalités de fixation des tarifs sont à insérer, précisions qui ne sont pas nécessairement parfaitement neutres. Ainsi, les praticiens ayant adhéré à l’Option tarifaire maîtrisée peuvent se vanter : « en adhérant à l’OPTAM, le praticien s'est engagé à modérer et stabiliser ses honoraires afin de faciliter l'accès aux soins de ses patients ».

Trois fois moins chers qu’en Allemagne

Cette transparence accrue suscite quelques crispations chez certains médecins. Au sein de l’Union française pour une médecine libre (UFML), on a choisi de faire jouer la logique jusqu’au bout. Le syndicat propose de télécharger sur son site des affiches qui reprennent l’ensemble des mentions rendues obligatoires par la réglementation, mais qui signalent par ailleurs de manière très visible : « Ils vous garantissent des soins de qualité, pourtant les médecins français sont les plus mal payés d’Europe ». Cette phrase légende une petite carte d’Europe où les tarifs de base des consultations s’affichent : 25 euros en France (et 11 euros nets précise l’UFML), soit des honoraires comparables aux médecins belges, mais bien plus faibles qu’en Allemagne (76 euros) au Royaume Uni (entre 50 et 75 euros) ou en Espagne (entre 40 et 70 euros). Beaucoup applaudiront sans doute cette astuce malicieuse pour se conformer à la réglementation tout en ne renonçant pas à son droit à la contestation.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article