Allaitement maternel, asthme et allergie : des relations complexes

Parmi les résultats de la Tucson Children’s Respiratory Study (TCRS), qui a suivi pendant 28 années les maladies des voies respiratoires basses et l’asthme dans une cohorte de naissance, le Dr Fernando Martinez, à l’occasion du 8e Congrès international de pneumologie pédiatrique, a abordé la complexité des relations entre allaitement, asthme et allergie.

Des effets protecteurs contre les maladies respiratoires basses…

Le Dr Martinez a rappelé l’effet protecteur puissant de l’allaitement maternel vis-à-vis de la survenue des maladies des voies respiratoires basses et des otites tôt dans l’existence. Il a souligné notamment l’association  inverse entre contenu en TGF-bêta du lait maternel, puissant stimulant de la croissance pulmonaire, et risque de sifflement respiratoire dans la petite enfance.
 
Mais il observe aussi que, si ces résultats suggèrent que des facteurs spécifiques, biologiquement actifs, du lait maternel pourraient avoir des effets favorables sur le développement et protéger de l’obstruction récidivante des voies aériennes dans la petite enfance, les relations entre allaitement maternel et marqueurs ultérieurs de l’asthme et de l’allergie chez l’enfant plus âgé ne sont pas simples.

… mais aussi, peut-être, des effets non bénéfiques

Illustrant cette complexité, le Dr Martinez a montré, chez les enfants dont la mère avait des taux sériques d’IgE dans les deux tertiles les plus bas de la population, que l’allaitement maternel était associé à des taux sériques d’IgE significativement plus bas à l’âge de 6 et de 11 ans. À l’opposé, lorsque les taux d’IgE sériques maternels se situaient dans le tertile le plus haut, l’allaitement  maternel pendant quatre mois ou plus était associé à des taux d’IgE significativement  plus élevés que ceux des enfants jamais nourris au sein maternel ou des enfants allaités au sein  moins de quatre mois.

Il a exposé des interactions semblables entre allaitement maternel prolongé, allergie et asthme de la mère d’une part, et sifflement respiratoire récidivant et niveaux fonctionnels respiratoires de l’enfant au cours de la scolarité, d’autre part. Les enfants de mère asthmatique nourris au sein maternel pourraient ainsi avoir une probabilité accrue de wheezing récurrent et un rapport de Tiffeneau plus bas que les enfants de mère asthmatique non nourris au sein.

Les raisons de ce paradoxe sont inconnues ; les études menées chez l’animal suggérant la présence d’un composé, dans le lait de mère asthmatique, qui pourrait prédisposer à l’hyperréactivité bronchique chez les petits nourris de ce lait.

Dr Julie Perrot

Référence
Martinez FD : The Tucson Children’s Respiratory Study (TCRS) : lessons from the Desert . 8e Congrès international de pneumologie pédiatrique (Nice) : 29-31 mars 2008.

Copyright © Len medical

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article