Améliorer la fonction sensorielle après un AVC, utile ?

L’altération de la fonction sensorielle, tout comme celle de la commande motrice, est un déficit fréquent après un AVC. Pour autant, si les thérapeutes peuvent recourir à de multiples techniques ou critères de prise en charge validés pour ce qui est de stimuler la motricité, il n’existe pas de gold standard pour la rééducation somato-sensorielle, et l’intensité des stimuli ou même l’impact d’une telle rééducation n’est pas clairement établi. Une étude tente de mettre à plat les connaissances dans la matière jusqu’à ce jour (ou presque), et d'évaluer si des programmes de rééducation somatosensorielle aident les patients après un AVC à améliorer leurs compétences en matière de discrimination somatosensorielle en ce qui concerne le membre supérieur.

L’examen, quasi exhaustif, de 9 bases de données (Medline, Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature, PsychInfo, Embase, Amed, Web of Science, Physiotherapy Evidence Database, OT seeker, et Cochrane Library) a rassemblé 6 779 articles. Les critères de sélection étaient les études interventionnelles avec des participants adultes présentant une déficience somato-sensorielle du bras après un AVC, utilisant un programme visant à rééduquer la somatosensation, avec pour critère principal la mesure des capacités de discrimination somato-sensorielles du bras.

Au final, 5 études « single case » et 5 études de groupe ont été incluses (pour n total = 199). Six études portaient sur l’entraînement exclusif de la somatosensation et quatre sur l’entraînement de la somatosensation combiné à celui de la motricité. Les mesures somatosensorielles standardisées ciblaient généralement la sensibilté superficielle, la sensibilité profonde (proprioceptive) et la stéréognosie (reconnaissance tactile de formes géométriques ou d’objets).

Les tailles d'effet des interventions rééducatives variaient de 0,3 à 2,2, avec une taille d'effet moyenne de 0,85 sur l'ensemble des modalités somatosensorielles. La majorité des tailles d'effet des interventions pour les domaines de la proprioception et de la sensibilité superficielle était supérieure à 0,5. De plus, toutes les tailles d'effet d'intervention sauf une étaient plus grandes que celles du groupe contrôle. Enfin, 6 études ont mesuré les résultats moteurs et / ou fonctionnels du bras (n = 89 participants), avec une analyse narrative suggérant une tendance à la progression de l'utilisation des bras après l’amélioration somatosensorielle.

Il semble donc validé, d’après cette étude, que la stimulation et la rééducation somato-sensorielle après un AVC, tout au moins pour le membre supérieur, peut avoir un impact non négligeable dans lA récupération de cette dernière. Cette étude souligne également l’importance que peut avoir la récupération de la sensibilité dans l’utilisation de la motricité du bras, lui permettant précision, mesure de la force et contrôle adapté, éléments indispensables pour la fonction de préhension au quotidien. Reste à affiner, dans des études ultérieures, les critères adéquats d’un protocole optimal : technique (désensibilisation ou autre?), zone à stimuler (zone intacte limitrophe ou zone atteinte ?), phase en post-AVC, durée de la séance ou encore évolution dans la technique.

Anne-Céline Rigaud

Référence
Turville ML coll. : The effectiveness of somatosensory retraining for improving sensory function in the arm following stroke: a systematic review. Clinical Rehab. 2019 ; 33(5): 834-846. doi: 10.1177/0269215519829795

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article