Arsenic dans la vallée de l’Orbiel : faut-il prier Notre-Dame ?

Carcassonne, le mercredi 14 août 2019 - Après des inondations au cours de l'automne 2018, des taux d'arsenic élevés ont été relevés dans les cours d’écoles de la vallée de l’Orbiel qui a abrité à Salsigne, un siècle durant, la plus importante mine d'or d'Europe qui était également la première mine d'arsenic du monde. 

Dans ce contexte, à la demande des familles résidant à proximité des anciens sites miniers, l’ARS (Agence régionale de santé) Occitanie a mis en place un dispositif de surveillance clinique et biologique individuelle de l’exposition à l’arsenic le 8 juillet dernier.

Un mois après le lancement de ce dispositif de surveillance médicale, 103 enfants ont pu en bénéficier.

En pratique, lorsque la concentration trouvée est supérieure à la valeur de référence de 10 μg/g, il est recommandé d’effectuer un prélèvement de contrôle deux mois après avoir supprimé ou limité les sources d’exposition. « En effet, un seul dosage ne peut montrer l’exposition au cours du temps puisque c’est le reflet d’une exposition récente, et non d’une exposition chronique » rappelle l’agence.

En cas de seconde analyse au-delà de la valeur de référence, les équipes de l’ARS proposeront aux familles qui le souhaitent un accompagnement personnalisé à domicile, pour préciser des recommandations sanitaires en fonction de « chaque environnement de vie ».

Au total, sur 103 enfants testés, 28 dosages ont révélé des taux compris entre 10 et 15 μg/g et 10 au-delà de 15 μg/g. Cependant, aucun cas d’arsenicisme symptomatique n’est à déplorer à ce jour.

103 dosages urinaires de l'arsenic réalisés au 09/08/2019

(Source : Centre Antipoison et de Toxicovigilance d'Occitanie)
Enfants 0 - 6 ans
Enfants > 6 - 11 ans
Total
  Résultat <ou= 10 μg/g
22 (48%) 43 (75%) 65 (63%)
  Résultat compris entre 10 et 15 μg/g
19 (10%) 9 (16%) 28 (27%)
  Résultat > 15 μg/g
5 (11%) 5 (9%) 10 (10%)
  Total 46 dosages 57 dosages 103 dosages

Selon que vous serez puissant ou misérable …

Si la mise en place de cette surveillance témoigne de la détermination d’agir des pouvoirs publics, les habitants de la vallée de l’Orbiel demeurent échaudés par une sensation de « deux poids deux mesures ».

« On est dans un pays où les règles ne sont pas les mêmes si on se trouve à Paris ou au fin fond de la province », s'emporte auprès de l’AFP le maire de Lastours, Max Brail. « A Paris, où les travaux de décontamination des sols pollués au plomb après l'incendie de Notre-Dame viennent de débuter, on y met les moyens, mais chez nous, non ».

« Tant qu'on n'éradique pas la cause, on ne traite pas les problèmes », souligne le maire de Lastours. « Il faut déplacer » les déchets toxiques stockés car « dès qu'il pleut, cela alimente le ruisseau du bas. On le sait et rien n'est fait » alors qu'il y a des « moyens considérables pour Notre-Dame, ce qui est normal par ailleurs ».

Les habitants s’étonnent aussi que contrairement à ce qui a pu être observé à Paris, avec notamment la fermeture de l’école Saint Benoit dans le 6e arrondissement près de Notre-Dame après la mise en évidence de dépôts de plomb d’une teneur supérieure à la norme acceptée, l’établissement scolaire de Conques-sur-Orbiel, en dépit d’une contamination à l’arsenic, n’a pas encore été fermé, alors même qu’une pétition l’exigeant a déjà réuni 1 500 signatures.

Prochaine étape à la mi-septembre, l'ARS, ainsi que Santé Publique France devront statuer sur l'opportunité, ou non, de lancer une étude d'imprégnation sur toute la population de la vallée de l'Orbiel.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article