Arsenic dans la vallée de l’Orbiel : faut-il prier Notre-Dame ?

Carcassonne, le mercredi 14 août 2019 - Après des inondations au cours de l'automne 2018, des taux d'arsenic élevés ont été relevés dans les cours d’écoles de la vallée de l’Orbiel qui a abrité à Salsigne, un siècle durant, la plus importante mine d'or d'Europe qui était également la première mine d'arsenic du monde. 

Dans ce contexte, à la demande des familles résidant à proximité des anciens sites miniers, l’ARS (Agence régionale de santé) Occitanie a mis en place un dispositif de surveillance clinique et biologique individuelle de l’exposition à l’arsenic le 8 juillet dernier.

Un mois après le lancement de ce dispositif de surveillance médicale, 103 enfants ont pu en bénéficier.

En pratique, lorsque la concentration trouvée est supérieure à la valeur de référence de 10 μg/g, il est recommandé d’effectuer un prélèvement de contrôle deux mois après avoir supprimé ou limité les sources d’exposition. « En effet, un seul dosage ne peut montrer l’exposition au cours du temps puisque c’est le reflet d’une exposition récente, et non d’une exposition chronique » rappelle l’agence.

En cas de seconde analyse au-delà de la valeur de référence, les équipes de l’ARS proposeront aux familles qui le souhaitent un accompagnement personnalisé à domicile, pour préciser des recommandations sanitaires en fonction de « chaque environnement de vie ».

Au total, sur 103 enfants testés, 28 dosages ont révélé des taux compris entre 10 et 15 μg/g et 10 au-delà de 15 μg/g. Cependant, aucun cas d’arsenicisme symptomatique n’est à déplorer à ce jour.

103 dosages urinaires de l'arsenic réalisés au 09/08/2019

(Source : Centre Antipoison et de Toxicovigilance d'Occitanie)
Enfants 0 - 6 ans
Enfants > 6 - 11 ans
Total
  Résultat <ou= 10 μg/g
22 (48%) 43 (75%) 65 (63%)
  Résultat compris entre 10 et 15 μg/g
19 (10%) 9 (16%) 28 (27%)
  Résultat > 15 μg/g
5 (11%) 5 (9%) 10 (10%)
  Total 46 dosages 57 dosages 103 dosages

Selon que vous serez puissant ou misérable …

Si la mise en place de cette surveillance témoigne de la détermination d’agir des pouvoirs publics, les habitants de la vallée de l’Orbiel demeurent échaudés par une sensation de « deux poids deux mesures ».

« On est dans un pays où les règles ne sont pas les mêmes si on se trouve à Paris ou au fin fond de la province », s'emporte auprès de l’AFP le maire de Lastours, Max Brail. « A Paris, où les travaux de décontamination des sols pollués au plomb après l'incendie de Notre-Dame viennent de débuter, on y met les moyens, mais chez nous, non ».

« Tant qu'on n'éradique pas la cause, on ne traite pas les problèmes », souligne le maire de Lastours. « Il faut déplacer » les déchets toxiques stockés car « dès qu'il pleut, cela alimente le ruisseau du bas. On le sait et rien n'est fait » alors qu'il y a des « moyens considérables pour Notre-Dame, ce qui est normal par ailleurs ».

Les habitants s’étonnent aussi que contrairement à ce qui a pu être observé à Paris, avec notamment la fermeture de l’école Saint Benoit dans le 6e arrondissement près de Notre-Dame après la mise en évidence de dépôts de plomb d’une teneur supérieure à la norme acceptée, l’établissement scolaire de Conques-sur-Orbiel, en dépit d’une contamination à l’arsenic, n’a pas encore été fermé, alors même qu’une pétition l’exigeant a déjà réuni 1 500 signatures.

Prochaine étape à la mi-septembre, l'ARS, ainsi que Santé Publique France devront statuer sur l'opportunité, ou non, de lancer une étude d'imprégnation sur toute la population de la vallée de l'Orbiel.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.