Arsenic et vieilles… installations

Les effets cardiaques des intoxications aiguës, massives, par l’arsenic sont bien documentés, marqués notamment, par un allongement de l’intervalle QT, par des anomalies majeures de la repolarisation menant à des arythmies ventriculaires menaçant le pronostic vital. Plusieurs études ont associé aussi exposition chronique à l’arsenic, via l’eau de boisson, et cardiopathie ischémique, accident vasculaire cérébral et artériopathie périphérique, mais peu d’études ont évalué l’impact électrophysiologique cardiaque de l’exposition chronique à l’arsenic à doses moindres, en particulier environnementale, comme la subissent, en population générale, des millions de sujets de par le monde (de 33 à 77 millions au seul Bangladesh, selon les données de l’OMS). Cherchant à pallier ce manque, des auteurs ont analysé les altérations de l’intervalle QT, en population générale, en Mongolie intérieure, où les habitants sont exposés chroniquement à l’arsenic par l’eau de boisson provenant des puits artésiens.

L’étude a porté sur 313 habitants de la région de Ba Men, en Mongolie-Intérieure, exposés à l’arsenic, à des niveaux variés, et répartis en trois catégories d’exposition. La première regroupait les sujets faiblement exposés (< 21 µg/l), la deuxième ceux soumis à des expositions intermédiaires (100-300 µg/l) et la troisième comptait les sujets fortement exposés (430-690µg/l). Rappelons que le niveau maximal contaminant adopté en 2001 par l’US Environmental Protection Agency (US EPA) pour l’arsenic dans l’eau de boisson était de 10 µg/l.

Les informations intéressant les caractéristiques socio-démographiques, le tabagisme, la consommation d’alcool, les antécédents médicaux, ainsi que la provenance et la consommation d’eau, ont été obtenues par questionnaire.
Des échantillons d’eau consommée ont été prélevés sur les lieux d’habitation et dans les récipients de stockage au domicile, et les dosages d’arsenic ont été adressés à l’Université d’Alberta au Canada. Des prélèvements ont été effectués au niveau des ongles des orteils des sujets d’étude, pour détermination de l’exposition interne à l’arsenic, et les dosages ont été réalisés par les laboratoires de l’US EPA en Caroline du Nord. Tous les sujets d’étude ont eu un ECG, analysé par deux cardiologues américains, électrophysiologistes certifiés, ignorant le statut d’exposition à l’arsenic des patients. L’ECG a été effectué après 10 minutes de repos et, se fondant sur un intervalle QT corrigé normal de 0,33-0,44 s, l’étude a considéré comme long un QT atteignant ou dépassant 0,45 s.

Les résultats révèlent, dans cette population composée en grande partie d’agriculteurs exposés depuis 15 années en moyenne à l’arsenic, une relation dose-dépendante, significative, entre allongement de l’intervalle QT et concentrations moyennes d’arsenic dans  l’eau de boisson et dans les ongles des orteils. Les taux de prévalence de l’allongement de l’intervalle QT étaient respectivement de 3,9, 11,1 et 20,6 % pour les expositions à l’arsenic faibles, intermédiaires et fortes. L’étude associe aussi, après ajustements, allongement de l’intervalle QT et sexe, avec une susceptibilité accrue des femmes en comparaison des hommes, mais ne révèle de corrélation ni avec  l’âge ni avec le tabagisme, ni avec l’exposition aux pesticides.

Les auteurs signalent que le gouvernement chinois a récemment apporté son aide à l’installation, à Ba Men, de systèmes d’alimentation en eau, afin de réduire les concentrations en arsenic et fournir aux habitants une eau de boisson susceptible de les mettre à l’abri  du risque de QT long et du risque cardiaque qui lui est associé.

Dr Julie Perrot

Référence
Mumford JL et coll. : Chronic arsenic exposure and cardiac repolarization abnormalitéies with QT interval prolongation in a population based-study. Environ Health Perspect 2007 ; 115 : 690-4.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article