Asthme et moisissures : les raisons d’une augmentation de sévérité de la maladie asthmatique

L’exposition aux moisissures favorise le développement de l’allergie et de l’asthme et ces asthmes sont plus sévères, ce que l’on peut comprendre quand on sait que les moisissures contiennent des bêta-glucanes, glucides non allergènes mais reconnus par le récepteur deptin-1 des macrophages, monocytes, neutrophiles et cellules dendritiques. Ils favorisent la polarisation Th17 (cellule T CD4 effectrices pro-inflammatoires) par les cellules dendritiques et induisent la sécrétion d’IL-6, d’IL-8 et de CCL20 par l’épithélium respiratoire. Ils sont cependant insuffisants pour développer un phénotype d’asthme à eux seuls. Autre composant des moisissures, la chitine est également non allergène et se fixe sur plusieurs récepteurs de type PPR pour favoriser la production d’IL-25, d’IL-33 et de TSLP par l’épithélium respiratoire. Enfin, elles contiennent aussi des protéases qui activent les PPR (récepteurs aux protéases) conduisant à la sécrétion d’IL-33 et de TSLP. De plus, la sérine protéase favorise l’hyperréactivité bronchique via une infiltration de la sous-muqueuse bronchique et en lysant les jonctions muscle lisse bronchique/matrice extracellulaire. Les moisissures exercent ainsi une action sur l’inflammation de type 2 qui favorise le développement d’un asthme et augmente la sévérité de l’asthme chez les asthmatiques ainsi que le risque d’hospitalisation pour exacerbation. Ces asthmes sont également moins bien contrôlés et sont à risque plus élevé de décès. « Des infections fungiques connues, l’aspergillose broncho-pulmonaire allergique est la seule qui doive être traitée de manière spécifique par un antifungique en plus du traitement de l’asthme sévère », signale Guillaume Mahay (Rouen).

Dr Dominique-Jean Bouillez

Référence
Mahay G : Asthme sévère et moisissures une entité particulière ? 24ème Congrès de Pneumologie de langue Française (Paris) : 24-26 janvier 2020.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.