Asthme sévère et remodelage bronchique

L’asthme sévère (5 à 10 % des patients asthmatiques) représente un problème socio-économique et un défi thérapeutique. Chez certains patients, l’atteinte de la fonction pulmonaire semble irréversible alors qu’elle revient à la normale de façon intermittente chez d’autres. On suppose que le remodelage bronchique progressif est responsable de l’altération irréversible de la fonction pulmonaire.

Une étude canadienne a comparé 16 patients ayant un asthme sévère avec obstruction chronique permanente et 18 patients avec asthme sévère et obstruction intermittente. La sévérité de l’asthme a été définie selon les critères de l’ATS (American Thoracic Society). L’obstruction des voies aériennes a été considérée comme chronique lorsque le VEMS était inférieur à 70 % de la valeur prédite à chaque consultation mensuelle pendant 13 mois.

Des biopsies endobronchiques ont permis une étude anatomopathologique, un compte cellulaire et des dosages de cytokines. L’épaisseur des voies aériennes a été mesurée par scanner.

Une association a été trouvée entre l’obstruction chronique persistante et un âge plus précoce de début de la maladie, une évolution plus longue de celle-ci, un plus grand nombre de cellules inflammatoires dans l’expectoration et une zone plus étendue de muscle lisse (15,65 % ± 2,69 % [n = 10] versus 8,96 % ± 1,99 % [n = 14] ; p=0,0325).

Les biomarqueurs étudiés individuellement dans l’expectoration n’ont pas permis de différencier les asthmes avec obstruction permanente, des autres. Cependant les cytokines dominantes dans le groupe obstruction chronique étaient les IL-12, IL-13, et IFN-γ, alors qu’IL-9, IL-17, MCP (monocyte chemotactic protein) 1 et RANTES (Regulated upon Activation Normal T cell Expressed and Secreted) prédominaient dans l’autre groupe.

Aucune différence entre les 2 groupes n’a été établie par la mesure de l’épaisseur des voies aériennes par le scanner.

Dr Geneviève Démonet

Référence
Kaminska M et coll. : Airway remodeling in subjects with severe asthma with or without chronic persistent airflow obstruction. J Allergy Clin Immunol 2009 ; 124 (1) : 45-51.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article