Attention au facteur cheval !

Les allergènes de chat se propagent et se retrouvent dans des endroits inattendus. En serait-il de même pour ceux du cheval ? Les résultats d’une étude menée en Italie semblent le supposer…

Une sensibilisation au cheval a été recherchée chez 1 882 patients consécutifs vus en consultation d’allergologie et vivant en milieu urbain.  Les personnes exposées au cheval par leur profession ont été exclues de cette étude.

Sur les 1 207 patients ayant des prick-tests cutanés positifs, 35 (3,43 %) étaient sensibilisés aux phanères de cheval mais aucun n’était monosensibilisé. Ces patients étaient volontiers des femmes (25/35), avaient des antécédents familiaux d’allergie (25/35) et une sensibilisation concomitante fréquente au chat et au chien (25 et 23/35 respectivement).

Parmi ces personnes,  19 n’avaient aucun contact direct ou indirect avec des chevaux (ou des allergènes de cheval) alors que 6 autres avaient des contacts directs réguliers avec un cheval et les 10 derniers des contacts occasionnels ou indirects.

Tous les patients sensibilisés au cheval avaient des symptômes respiratoires (rhinite, asthme).  Cependant, les patients étant polysensibilisés, la responsabilité du cheval dans les symptômes chroniques est difficile à évaluer…

On peut soupçonner, à la lecture de ces résultats, que l’habitat urbain ne met pas à l’abri d’une sensibilisation au cheval même en l’absence de contact direct ou indirect avec l’animal. Les allergènes de cheval pourraient-il se promener de lieu en lieu et sensibiliser les patients atopiques ? Un dosage des allergènes dans la poussière de maison répondrait peut-être à la question…

Une réactivité  croisée entre les allergènes de cheval et les allergènes majeurs d’autres mammifères (vaches, chiens, cobaye, lapins, rongeurs et chats) pourrait également expliquer ces résultats.

Les auteurs conseillent donc de tester les atopiques souhaitant faire de l’équitation, même en l’absence de contact préalable avec les chevaux…

Dr Geneviève Démonet

Référence
Liccardi G : Horse allergens: An underestimated risk for allergic sensitization in an urban atopic population without occupational exposure. Respir Med 2008 publication avancée en ligne le 7 novembre ; doi:10.1016/j.rmed.2008.09.017

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.