Augmentation de la rigidité artérielle et perte osseuse, deux épiphénomènes dans la BPCO

La BPCO représente une cause majeure de mortalité et de morbidité. Certes, il s’agit d’une maladie respiratoire, mais elle expose aussi à des complications systémiques qui viennent assombrir son pronostic. Parmi celles-ci, figure en bonne place l’ostéoporose, même dans les formes légères ou modérées de la maladie. Le risque de maladie cardiovasculaire (MCV) est en outre multiplié par 2 ou 3 au cours de cette affection respiratoire fréquente, indépendamment des effets du tabagisme ou de l’exercice physique. Il est à  l’origine d’environ 50 % des décès.  Les facteurs qui sous-tendent la relation entre l’obstruction des voies aériennes et le risque cardiovasculaire sont inconnus, mais il semble bien que les altérations des structures vasculaires soient en cause, notamment l’athérosclérose et la diminution de l’élasticité des grosses artères. L’augmentation de la rigidité artérielle, pour sa part, est associée à la maladie coronaire et au pronostic cardiovasculaire. Cette perturbation hémodynamique semble exister au cours de la BPCO.

Une étude transversale de type cas-témoins a inclus 75 malades atteints d’une BPCO stable, plus ou moins sévère, et 42 témoins, en l’occurrence des fumeurs avérés ou anciens, en bonne santé, indemnes de MCV. Dans tous les cas, ont été réalisés un bilan spirométrique, une mesure de la vélocité de l’onde de pouls (VOP) aortique et de l’index d’augmentation, une absorptiométrie biphotonique et un dosage des marqueurs de l’inflammation.

La VOP aortique s’est avérée plus significativement augmentée chez les malades que chez les témoins (11,4+/-2,7 versus 8,95+/-1,7, p<0,0001). Il en a été de même pour les médiateurs de l’inflammation et l’index d’augmentation.

En cas d’ostéoporose, diagnostiquée au niveau de la hanche, la VOP aortique s’est également avérée plus élevée (13,1+/-1,8 vs 11,2+/-2,7 m/s en l’absence d’ostéoporose, p<0,05).
Dans le groupe des malades, la VOP a été significativement et positivement corrélée à l’âge (r= 0,63, p<0,0001) et au log IL-6 (r=0,31, p<0,01). La corrélation s’est révélée inverse pour le VEMS (r=-0,34 ; p<0,01).

Les variables les plus prédictives de la VOP aortique pour l’ensemble des sujets inclus ont été les suivantes : 1) âge (p<0,0001) ; 2) le VEMS (p<0,05) ; 3) log IL-6 (p<0,05).

L’augmentation de la rigidité artérielle, au cours de la BPCO, apparaît corrélée à la sévérité du syndrome obstructif. Elle majore le risque cardiovasculaire. Cette anomalie s’observe également en cas d’ostéoporose et elle s’associe à l’inflammation systémique. Au cours de cette maladie respiratoire, la perte osseuse liée à l’âge et les altérations du système cardiovasculaire semblent survenir prématurément.

Dr Philippe Tellier

Référence
Sabit R et coll. : Arterial stiffness and osteoporosis in chronic obstructive pulmonary disease. Am J Respir Crit Care Med 2007 ; 175 : 1259-1265.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article