AVC ischémique traité par thrombolyse: quelle valeur pronostique de la troponine cardiaque ?

Les taux plasmatiques de la troponine cardiaque T ultrasensible (hs-cTnT) augmentent chez 20 % des patients atteints d’un AVC ischémique à la phase aiguë, sans qu’il existe pour autant une ischémie myocardique évolutive. Ce signe biologique qui concerne également d’autres maladies neurologiques aiguës  serait le témoin d’un état cardiovasculaire globalement médiocre, au point qu’il peut servir de marqueur pronostique. De fait, dans l’AVC aigu, il est corrélé à la sévérité du déficit neurologique, à l’évolution clinique et à la mortalité.

Cependant, peu d’études ont abordé sa valeur prédictive chez les patients qui ont bénéficié d’une thrombolyse intraveineuse par le tPA (tissue-type plasminogen activator) du fait d’un AVC ischémique aigu. C’est cette population qui a été ciblée dans une étude de cohorte prospective réalisée en Chine, dans laquelle ont été inclus, entre janvier 2017 et février 2018, 249 patients. Dans tous les cas, la thrombolyse a été effectuée dans les 4,5 heures qui ont suivi la constitution de l’AVC et la hs-cTnT plasmatique a été systématiquement dosée lors de l’admission et avant la reperfusion. Une stratification du risque a été faite en fonction des taux du biomarqueur, le seuil de positivité étant fixé à 14 ng/ml. Les données ont été in fine traitées au moyen d’une analyse multivariée par régression logistique qui a permis le calcul des odds ratios ajustés (ORA) et de leurs intervalles de confiance à 95 % (IC95).

Les analyses univariées ont, pour leur part préalable, établi une association entre l’élévation des taux de hs-cTnT et les variables suivantes: âge élevé, score NIHSS (National Institute of Health Stroke Score) élevé lors de l’admission, débit de filtration glomérulaire abaissé, antécédents de diabète ou de maladie coronaire, fibrillation auriculaire, implication du cortex insulaire ou encore étiologie cardio-embolique. Les comparaisons intergroupe en analyse univariée ont mis en évidence une association entre l’élévation significative de la hs-cTnT et :

(1) la sévérité du handicap à la sortie (14 jours), attestée par un score de Rankin modifié > 2 : OR estimé à 3,733 (IC95 de 2,019 à 6,905 ; p < 0,001);
(2) la mortalité à 30 jours (OR= 8,190 ; IC95 de 2,101 à 31,935 ; p = 0,002).

Après ajustement en fonction des caractéristiques démographiques et cliniques en analyse multivariée, l’association entre l’augmentation de la hs-cTnT et le handicap à la sortie est restée significative (ORA = 2, 82 ; IC95 de 1,02 à 7,77; p < 0,05). Il n’en a pas été de même pour la mortalité : l’ORA est certes resté élevé à 4,093 (IC 0,81-20,70) mais la relation a perdu sa signification statistique (p = 0,09), probablement du fait de la faiblesse de l’effectif au sein du sous-groupe considéré.

Cette étude confirme la valeur pronostique des taux de hs-cTnT constaté à phase aiguë d’un AVC ischémique chez des patients considérés comme éligibles à une thrombolyse par voie intraveineuse.

Dr Philippe Tellier

Référence
Yao Zhang et coll. : Elevation of Admission High-Sensitivity Cardiac Troponin T is Associated With Increased Discharge Disability in Acute Ischemic Stroke Patients Treated With Thrombolysis. American Heart Association/American Stroke Association 2019 International Stroke Conference (Honolulu) : 6-8 février 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article