Banques de sang : un rôle important dans la prise en charge des hémorragies massives ?

La prise en charge des hémorragies massives est souvent problématique. Les banques de sang pourraient jouer un rôle actif dans l'optimisation des stratégies thérapeutiques actuelles, en introduisant un peu plus de rationalité dans des situations d’urgence où celle-ci peut être quelque peu mise en défaut dans le feu de l’action.

C'est ce que suggèrent les résultats d'une étude non contrôlée. En l'occurrence, la banque du sang de l'établissement hospitalier impliqué dans l'étude a fourni au clinicien prescripteur, en cas de transfusions massives, un véritable kit comprenant 5 culots globulaires, 5 flacons de plasma frais congelé et 2 concentrés plaquettaires. La pratique d’un thrombo-élastogramme (TEG) a été encouragée pour détecter plus précocement les coagulopathies de consommation.  Cette stratégie préventive a été mise en place après les résultats consternants d’une enquête réalisée dans cet établissement : celle-ci a en effet révélé que plus de 10 % des malades hospitalisés pour hémorragie massive ne bénéficiaient que d’une prise en charge thérapeutique sub-optimale. En outre, chez la majorité des survivants, il existait une hyperplaquettose.

La stratégie précédemment évoquée n'a eu que des effets bénéfiques tant sur le plan clinique et pronostique que biologique. Le pourcentage de malades mal transfusés est passé de 10 % à 3 %. En cas de rupture d'un anévrysme de l'aorte abdominale, le taux de survie à 30 jours a été de 66 % dans le groupe ainsi traité (versus 44 % dans le groupe témoin). La mise en place du TEG  a réduit de 85 % le nombre des autres examens demandés dans le contexte de l’urgence, souvent à mauvais escient. Le diagnostic de coagulopathie n’en a pas pour autant été compromis, bien au contraire. Le TEG a de plus permis d’identifier les causes chirurgicales de saignement postopératoire avec une valeur prédictive de 97 %. Dix pour 100 des hémorragies massives étaient dues à une fibrinolyse, tandis que 45 % d’entre elles témoignaient d’une coagulopathie authentique, type coagulation intravasculaire disséminée.

Les banques de sang peuvent jouer un rôle actif dans la prise en charge des hémorragies massives, au travers d’un contact étroit avec le clinicien et d’une gestion rationnelle des produits transfusés ou encore des examens de laboratoire prescrits dans ce contexte clinique.

Dr Philippe Tellier

Références
Johansson I. : The blood bank: from provider to partner in treatment of massively bleeding patients. Transfusion 2007 ; 47(s2): 176S-81


Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.