Biopsie de prostate écho et IRM guidée : combien de carottes ?

L’imagerie par résonance magnétique multiparamétrique (IRMmp) est de plus en plus utilisée pour dépister les cancers de la prostate (KP). Cependant, si son apport pour cibler une lésion repérée est avéré, le nombre de biopsies (BP) à pratiquer dans une « région intéressante » (RI) reste controversé. Les auteurs du Connecticut ont examiné la rentabilité diagnostique du nombre de BP dans une RI et la signification du siège des BP. En effet, souvent le cancer n’est pas visible sur l’échographie endorectale et on réalise alors 12 « carottes » systématiques réparties dans la glande.

Ils ont utilisé la fusion d’images échographiques et d’IRMmp pour guider leurs BP entre 2012 et 2017. Leurs patients ont été divisés en 2 groupes :

G1 (2012-2016), les BP (3 à 5) ont été faites de façon séquentielle et uniforme dans la zone RI, suivies par 12 biopsies systématiques.
G2 : les 5 premières BP ont été faites de façon calibrée (centrale, moyenne, latérale, base et sommet de la glande) avant les 12 BP systématiques. Pour chaque cas, on a noté le nombre de BP nécessaires pour affirmer le KP.

Au moins cinq carottes

Le G1 comportait 744 hommes, cumulant 1 233 lésions suspectes. On a trouvé un KP chez 379 d’entre eux (sur 581 BP). Si on s’était limité à 2 BP, 23 % des diagnostics auraient été manqués, alors que 5 BP en auraient trouvé 99 %. Le pourcentage de lésions méconnues est plus important chez les malades ayant déjà eu une BP négative ou chez ceux, porteurs de KP et traités par surveillance active que chez ceux chez lesquels il s’agit de la première série de BP.

Ces résultats ne sont pas affectés selon que la prostate est < ou > à 40 g, et que le volume lésionnel moyen est < ou > à 0,33 cm3. Chez les 2/3 des patients, une BP ciblée sur une seule lésion s’est révélée aussi ou plus performante que les 12 BP systématiques.

Le G2 était constitué de 110 malades porteurs de 154 lésions suspectes. On n’a pas retrouvé d’association entre le siège de la BP et la présence d’un KP cliniquement significatif, ni avec un score de Gleason plus élevé.

Les auteurs concluent en recommandant la pratique de davantage de BP ciblées guidées par écho fusionnée avec IRMmp, et conseillent d’en faire 5, tout particulièrement en cas d’antécédent de BP négative ou de malade suivi par surveillance active pour un KP peu agressif.

Dr Jean Fred Warlin

Références
LU AJ et coll. : Role of core number and location in targeted magnetic resonance imaging-ultrasound fusion prostate biopsy. Eur Urol., 2019; 76: 14-17.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article