Bon pronostic à long terme des tumeurs testiculaires à cellules de Leydig 

Les tumeurs stromales représentent moins de 3 % des tumeurs testiculaires, essentiellement représentées par les tumeurs germinales. Parmi ces tumeurs stromales, les tumeurs à cellules de Leydig (TCL) sont les moins exceptionnelles, encore que mal connues, et il est souvent difficile de trancher sur leur caractère bénin ou malin (certains ont décrit des métastases). Le traitement en est l’orchidectomie ; les auteurs présentent 24 cas avec un suivi prolongé.
En préopératoire, tous les malades avaient eu un dosage des marqueurs : αfœtoprotéine, hormone gonadotrophine chorionique β, lactate déshydrogénase, une échographie scrotale et un cliché de thorax. On n’a réalisé de dosages hormonaux (le plus souvent normaux) que devant une gynécomastie.

La chirurgie a été réalisée par voie inguinale avec clampage premier du cordon ; on a palpé la lésion, ou, si cela n’était pas possible, procédé à une échographie peropératoire ; on n’a pratiqué de biopsie extemporanée (à berges saines) que si le nodule était < 3 cm (ce fut le cas chez 20 hommes), sinon on a pratiqué l’orchidectomie d’emblée. L’examen anatomopathologique de la pièce a été fait après coloration par hématoxyline éosine et complété (depuis 1998) par une immunohistochimie en utilisant notamment les anticorps anti-inhibine, spécifiques des cellules de Leydig. La surveillance a été clinique, radiologique et endocrinologique.

Les malades avaient entre 22 et 61 ans. Les marqueurs ont tous été négatifs. Le diagnostic a été posé fortuitement chez 10 patients, à l’occasion d’une masse testiculaire chez 7, et chez les 7 autres les signes d’appel ont été des douleurs scrotales, une stérilité ou une gynécomastie.
L’échographie montrait le plus souvent des nodules hypoéchogènes de 3 à 39 mm.
Tous les testicules ont été enlevés.
Sur les 20 biopsies extemporanées, le diagnostic de TCL a été évoqué 17 fois et confirmé par l’examen après fixation ; dans les 3 autres cas, le diagnostic n’a pu être formel et 2 cas ont été étiquetés séminomes (et corrigés par l’examen définitif). Ce dernier a affirmé le diagnostic de TCL dans tous les cas sur les critères de taille, d’atypies, de nécrose et d’un index mitotique élevé, et a conclu à la bénignité de la tumeur.
Pendant une surveillance qui s’est étalée de 1 à 20 ans, on n’a observé ni décès, ni récidives.
Au total, les tumeurs à cellules de Leydig justifient certes un suivi mais le pronostic en est bon.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Carmignani L et coll. : “Long-term followup and clinical characteristics of testicular Leydig cell tumor : experience with 24 cases” J Urol., 2006 ;176 : 2040-3.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article