Boulonnée, déboulonnée

New-York, le samedi 21 avril 2018 - La statue du Dr James Marion Sims, l’un des pères de l’obstétrique américaine*, qui trônait à Central Park a été déboulonnée sur décision de la municipalité en raison des expériences controversées réalisées par le chirurgien. 

Sims a en effet, de 1845 à 1849 expérimenté sur des esclaves d’Alabama une technique de réparation des fistules vésico-vaginales et ce sans qu’aucune forme de sédation ne leur soit administrée. 

Un « Josef Mengele » qui aurait contribué au progrès de la médecine

Cette décision s’inscrit dans le cadre d’un mouvement de contestation qui réclame, un peu partout aux Etats-Unis, le retrait de monuments distinguant des figures historiques connues pour leurs liens avec l’esclavage ou la persécution des minorités.

Favorable à cette révision de l’histoire, le maire de New York, Bill de Blasio a ainsi confié à une commission l’examen minutieux des noms honorés par la ville et, dès lors, des pétitions ont circulé pour demander le retrait de la statue rendant hommage au Dr Sims. 

Bernadith Russell, gynécologue-obstétricienne à l’hôpital New York-Presbyterian, impliquée dans ce combat symbolique explique à la presse américaine : « je ne pense pas qu’il faille dire qu’il n’a rien apporté à la médecine (…) Mais il est important de reconnaître que ces apports ont été faits au sacrifice de femmes sans leur consentement (…)  Si Josef Mengele avait contribué aux progrès de la médecine, on ne lui dresserait pas une statue ».

Le monument est désormais installé au cimetière de Green-Wood, à Brooklyn où le chirurgien repose.

*inventeur d’un spéculum, d’une technique de réparation des fistules vésico-vaginales et d’une position d’examen gynécologique.

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Pas le seul !

    Le 21 avril 2018

    A avoir laissé son effigie à la postérité alors qu'il n'y avait pas lieu de le faire. L'histoire s'est très souvent ainsi accommodée de certaines vérités pour les besoins du moment...

    Serge Rader

Réagir à cet article