BPCO : les déterminants de l’évaluation par CAT

Le COPD Assessment Test (CAT) est un outil destiné à évaluer la qualité de vie des patients atteints d’une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Son autre objectif est d’orienter le traitement en sachant que CAT est plus discriminant que d’autres tests dans l’approche analytique d’une situation souvent complexe. La distribution des scores obtenus au sein de diverses populations de malades mérite d’être mieux connue, tout autant que leurs principaux déterminants.

C’est là l’objectif de la POPE Study qui est une étude d’observation multicentrique, internationale et transversale à laquelle ont participé onze pays d’Europe centrale ou d’Europe de l’Est. L’analyse des scores a eu pour objectif d’identifier ses différents déterminants, la charge symptomatique et la distribution selon la zone géographique. Par ailleurs, d’éventuelles divergences ou corrélations avec d’autres outils ont été recherchées, notamment les scores du modified Medical Research Council (mMRC) qui est une échelle de dyspnée, couramment  utilisée pour situer les patients dans la classification  GOLD (Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease). Cette dernière vise à optimiser le diagnostic et le traitement de la maladie en tenant compte de son pronostic à partir des données spirométriques, mais aussi des symptômes et du suivi, notamment de la fréquence des exacerbations annuelles.

Six variables associées au score

L’étude POPE a inclus 3 452 patients, majoritairement de sexe masculin (69,2 %), chez lesquels le VEMS a été estimé à 52,5 % de la valeur moyenne prédite. Le score CAT moyen a été calculé à 17,5 ± 7,8, avec des valeurs de 15,1 en Hongrie et de 21,2 en Bulgarie. Une analyse par régression linéaire multiple a identifié six variables significativement associées à ce score : dépression, nombre d’exacerbations annuelles, distance parcourue au cours du test de marche de six minutes, VEMS (%), mMRC et pays d’origine. Ces six variables ont permis d’expliquer 47,2 % de la variance du CAT. Des divergences entre les scores CAT et mMRC ont été observées chez 23,9 % des participants, qui étaient suffisantes pour retentir sur l’affectation à tel ou tel groupe de la classification GOLD.

Les scores CAT peuvent être prédits par divers facteurs qui tiennent à la sévérité de la BPCO, à une éventuelle dépression associée et à la performance à l’effort. La distribution des scores varie notoirement d’un pays à l’autre. En pratique, pour évaluer le poids des symptômes, il apparaît, dans cette étude, que des scores CAT > 10 ne sont pas équivalents à des scores mMRC > 2, contrairement à des résultats obtenus dans d’autres populations. D’autres études épidémiologiques s’imposent donc pour mieux cerner les limites des moyens actuels et affiner l’évaluation pronostique des divers phénotypes de la maladie en intégrant un facteur géographique trop souvent négligé. CAT ou mMRC pour classer une BPCO ? Le choix n’est pas toujours simple, la preuve en est avec la POPE-study. 

Dr Philippe Tellier

Référence
Miravitlles M et coll. Determinants of CAT (COPD Assessment Test) scores in a population of patients with COPD in central and Eastern Europe: The POPE study. Respir Med. 2019 ; 150 : 141-148.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article