Bronchiolite à VRS : la corticothérapie ne prévient pas le wheezing

La prise en charge de la bronchiolite du nourrisson ne fait toujours pas l’unanimité. C’est sans doute regrettable, concernant une pathologie qui chaque année en France touche presque 30 % de la population des nourrissons, soit environ 450 000 enfants, avec un accroissement régulier de 9 % par an depuis quelques années. Pendant la période hivernale, les services de pédiatrie se remplissent de ces nourrissons « tousseurs ». En cause dans 80 % des cas, le virus respiratoire syncitial  (VRS). Pourtant, malgré la prévalence élevée de cette pathologie, les soignants ne peuvent s’appuyer, pour sa prise en charge, que sur des recommandations élaborées à partir de conférences de consensus. Et force est de constater que les habitudes thérapeutiques varient beaucoup d’un pays à l’autre.

C’est le cas notamment de l’utilisation de la corticothérapie inhalée. Administrée à la phase aiguë de la bronchiolite, elle aurait pour objectif de prévenir les épisodes récurrents et transitoires de sifflements (wheezing), fréquents dans les suites des bronchiolites. Mais ce type de prise en charge n’a pas apporté la preuve de son efficacité et est loin de faire l’unanimité de la communauté médicale. A l’origine de cette attitude répandue se trouve sans doute l’hypothèse évoquée d’un lien entre l’infection aiguë, les réactions inflammatoires qu’elle provoque et les épisodes de sifflement à distance.

Une étude récente donne à nouveau raison aux opposants à la corticothérapie inhalée. Cette étude randomisée, en double aveugle contre placebo, compare les épisodes de sifflements survenant chez 243 nourrissons dans les suites d’une bronchiolite à VRS. Les enfants ont tous un âge inférieur à 13 mois au moment de l’admission et présentent une infection à VRS documentée. Un traitement inhalé à forte dose, 200 µg de dipropionate de béclométhasone (n=119), ou un placebo (n=124), leur est administré 2 fois par jour, dès les 24 premières heures de leur prise en charge. Le traitement est poursuivi trois mois puis les épisodes de sifflements sont comptabilisés pendant 1 an.

Aucune différence n’est relevée entre les deux groupes, concernant la fréquence des sifflements pendant le suivi. Une réserve toutefois, l’étude montre une diminution relative du risque d’épisodes de sifflements, de 32 %, sous traitement dans le sous-groupe des nourrissons n’ayant pas eu besoin d’assistance ventilatoire. Cet effet positif ne se maintient pourtant pas au-delà de 6 mois.

Aucun effet secondaire ne semble rattaché au traitement étudié. Le risque encouru en le prescrivant à tort semble donc peu important. Mais il peut être utile de se demander pourquoi, alors que les conférences de consensus ne recommandent pas la corticothérapie dans cette indication, elle est encore si couramment utilisée.

Dr Roseline Péluchon

Références
Ermers MJJ et coll. : The effect of high dose inhaled corticosteroids on wheeze in infants after respiratory syncytial virus infection: randomised double blind placebo controlled trial.
BMJ 2009 ; 338 : b897.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article