Calcul du score de qualité de vie en cas de lithiase urinaire, cela varie…

Près d’un Américain sur 10 est atteint de lithiase urinaire (LU) et, quand on sait que la moitié d’entre eux est victime d’une récidive, on conçoit que cette maladie chronique retentisse sur la qualité de vie (qdv). La perception par le malade de la façon dont sa qdv est affectée par la LU définit la HRQOL (health related quality of life). Celle-ci est de toute façon moins bonne que celle des patients sans LU, mais, de plus, elle est influencée par l’âge, le sexe, l’ethnie et le statut socio-économique. Cette constatation permet d’adapter le traitement médical, lithotriptique, ou chirurgical, en fonction de cette HRQOL personnalisée. A cet effet, les auteurs recommandent l’emploi d’un questionnaire de qdv, le WISQOL, spécifique à la LU. Voici les résultats de son utilisation chez plus de 2 000 porteurs de LU provenant de 11 centres.

Le questionnaire, où les réponses sont cotées de 0 à 5, fournissant au total un score allant de 0 à 100 (scores pivots tous les 20 points pour aider à la classification en 5 groupes)  s’enquiert de la qdv mais aussi des événements médicaux du mois précédent, et notamment d’une éventuelle consultation en urgence du fait de la LU, des antécédents pathologiques, des traitements subis, en particulier alcalinisants urinaires ou diurétiques. Une étude préalable a permis de vérifier que l’effet de l’âge ne dépendait pas de celui du sexe, et qu’il s’agissait de deux facteurs indépendants.

QDV moins affectée chez les hommes blancs plus âgés

Au total, 1 240 patients (673 femmes, soit 54 %) ont rempli correctement le questionnaire. L’âge médian était de 55 ans et 1 067 sujets étaient blancs non hispaniques. Plus la qdv était considérée comme bonne, plus le score était élevé. Le score médian était situé dans le quintile le plus haut, à 80,4.

En analyse multivariée, on a constaté que c’étaient les malades les plus âgés qui affichaient les meilleurs scores, aussi bien pour le score final que pour les sous-groupes (social, émotionnel, énergie vitale, score lié à la LU). De même, les hommes avaient un HRQOL supérieur à celui des femmes (et cela restait vrai dans l’analyse des fonctionnements émotionnel et social). Enfin, le score était plus élevé chez les Blancs, et cela s’est vérifié dans les 4 domaines explorés.

Ces constatations peuvent avoir des implications thérapeutiques et il faudra en tenir compte pour conseiller les patients en fonction de leur profil démographique.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Stern KL et coll. : Association of patient age and gender with kidney stone related quality of life. J Urol., 2019; 202: 309-313.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article