Cancer du poumon non à petites cellules à un stade avancé ou métastatique : analyse finale de Keynote-042

Dans cette analyse qui bénéficie de 6 mois de suivi supplémentaires par rapport à l'analyse précédente, la monothérapie par pembrolizumab montre toujours une probabilité de survie globale (OS) plus prolongée qu'avec la chimiothérapie à base de platine (carboplatine + paclitaxel ou pemetrexed).

Pour mémoire, ces options thérapeutiques ont été administrées en première ligne à 1 274 patients (637 pour chaque option) souffrant de cancer du poumon non à petites cellules à un stade avancé ou métastatique avec un taux d'expression tumorale de PD-L1 (PD-L1 TPS) positif (≥ 1%), mais sans altérations génomiques EGFR ou ALK.

L'analyse finale de cette étude montre qu'indépendamment du taux d'expression tumorale de PD-L1 retenu (PD-L1 TPS), il existe à 24 mois une meilleure probabilité de survie globale chez les patients du bras pembrolizumab que chez ceux du bras chimiothérapie (1).   
• PD-L1 TPS ≥ 50 % : 45 % versus 30 % ; HR [Hazard Ratio] = 0,70 (0,58-0,86)
   médiane 20,0 mois versus 12,2 mois
• PD-L1 TPS ≥ 20 % : 41 % versus 30 % ; HR = 0,77 (0,65-0,91)
   médiane 18,0 mois versus 13,0 mois
• PD-L1 TPS ≥ 1 % :   39 % versus 28 % ; HR = 0,82 (0,71-0,93)
   médiane 16,4 mois versus 12,1 mois

Ces résultats vont dans le même sens pour tous les sous-groupes évalués.

Une analyse exploratoire regroupant l'ensemble des patients ayant un PD-L1 TPS compris entre 1 et 49 % fait disparaître la significativité du gain de survie globale (inclusion de l'unité dans les intervalles de confiance) : 34 % versus 27 % (HR = 0,91 [0,77-1,09], médiane 13,4 mois versus 12,1 ans. Ce qui suggère que les résultats globaux sont très fortement tirés vers le haut par les 47 % de patients ayant un PD-L1 TPS ≥ 50 %.

Cette amélioration de la survie globale n'est pas en relation avec un gain de survie sans progression (pas de différence significative entre les deux options pour aucun des PD-L1 TPS).

Pour les différents PD-L1 TPS évalués, il a été constaté de meilleurs taux de réponses et des durées de réponse plus prolongées avec le pembrolizumab qu'avec la chimiothérapie.

L'analyse de sécurité ne révèle rien de nouveau et confirme la meilleure tolérance de l'option pembrolizumab (18 % d'effets secondaires liés au traitement de grade 3 à 5 versus 41 % avec la chimiothérapie).    

Au total, une analyse finale de l'étude KEYNOTE-042 qui confirme en tous points les résultats antérieurs et plaide en faveur du recours à la monothérapie par pembrolizumab chez les patients dont le cancer du poumon non à petites cellules exprime PD-L1.

Dr Jean-Claude Lemaire

Référence
(1)Mok SK et coll. : - Final analysis of the phase III KEYNOTE-042 study: Pembrolizumab (Pembro) versus platinum-based chemotherapy (Chemo) as first-line therapy for patients (Pts) with PD-L1–positive locally advanced/metastatic NSCLC. European Lung Cancer congress (Genève) : 10-13 avril 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article