Cancer du sein de la femme âgée : risque accru d’insuffisance cardiaque congestive sous anthracyclines

Les anthracyclines ont une toxicité cardiaque bien connue, qui a été cependant atténuée avec la mise au point de dérivés chimiques mieux tolérés. Leur utilisation en oncologie n’en continue pas moins à être précautionneuse, un bilan cardiaque étant de rigueur avant leur administration, tout autant que la surveillance de la fonction ventriculaire gauche pendant ce dernier. Chez la femme âgée de plus de 65 ans, le risque d’insuffisance cardiaque congestive (ICC) induite par les anthracyclines est actuellement mal connu, du fait du manque de données.

Une étude menée sous l’égide de Medicare permet d’en savoir plus. Elle a permis d’inclure, entre 1992 et 2002, un effectif de 43 338 femmes âgées de 66 à 80 ans, atteintes d’un cancer du sein de stade I à III, indemnes de toute ICC à l’état basal. Une analyse par régression selon le modèle de Cox a été appliquée aux données afin d’isoler les facteurs associés au risque d’ICC après exposition aux anthracyclines.

Dans le groupe traité par cette chimiothérapie, les malades étaient plus jeunes et les co-morbidités moins fréquentes, cependant que la maladie était en règle plus évoluée (p<0,001, dans les 3 cas de figure,versus absence de chimiothérapie).

Entre 71 et 80 ans, la chimiothérapie adjuvante n’a pas eu de toxicité cardiaque significative sur le plan clinique.

Le risque relatif (RR) d’ICC induite par les anthracyclines a été estimé à 1,26 chez les femmes âgées de 66 à 70 ans (versus absence ou autre type de chimiothérapie). Les variables suivantes ont été significativement associées au risque précédent : 1) âge (RR, 1,79 par tranche de 10 années ; 2) race noire (RR, 1,40) ; 3) traitement par le trastuzumab (RR, 1,46) ; 4) diabète (RR, 1,74) ; 5) hypertension artérielle (RR, 1,45) ; 6) maladie coronaire (RR, 1,58). Une radiothérapie associée et délivrée au niveau de l’hémithorax gauche n’a pas majoré le risque (RR, 1,04).

Chez la femme âgée atteinte d’un cancer du sein, le risque d’insuffisance cardiaque congestive induite par les anthracyclines apparaît significativement élevé, tout au moins dans la tranche d’âge 66-70 ans.

Dr Philippe Tellier

Référence
Pinder MC et coll. Congestive heart failure in older women treated with adjuvant anthracyclin chemotherapy for breast cancer. J Clin Oncol., publication avancée en ligne le 30 juillet 2007.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article