Cancers adénosquameux du pancréas : quelques mois de survie en plus après chirurgie radicale

Le carcinome adénosquameux du pancréas (appelé naguère adénoacanthome) est une affection rare représentant moins de 4 % des tumeurs pancréatiques. Il se caractérise par une métaplasie épidermoïde située en règle en périphérie de la composante glandulaire et constituant habituellement plus de 30 % de la masse tumorale totale. De sa rareté découle la difficulté de tracer une ligne de conduite thérapeutique univoque. Des faibles séries publiées, il ressort un pronostic encore pire que celui des adénocarcinomes pancréatiques, la survie ne dépassant pas 18 mois après chirurgie radicale, au point de faire discuter l’opportunité d’un traitement actif.

Une équipe de la Mayo Clinic rapporte son expérience à propos de 23 patients atteints de ce type de tumeur et traités entre 1985 et 2003. Si 12 d’entre eux ont pu bénéficier d’une résection à visée curative, 11 n’ont pas été opérés ou n’ont eu qu’une dérivation biliaire et/ou gastro-jéjunale.

Parmi les 12 résections (âge moyen 69 ans), 4 ont été des duodéno-pancréatectomies céphaliques (DPC), 3 des DPC avec conservation du pylore, et 5 des pancréatectomies gauches. Huit résections ont été considérées comme complètes (R0), cependant que 4 avaient des berges envahies (sur le crochet pancréatique ou au niveau des veines mésentériques qui n’ont jamais été réséquées). La taille de la tumeur allait de 25 à 90 mm, et 4 opérés avaient un envahissement ganglionnaire. La durée de séjour moyenne de ce groupe a été de 2 semaines. Il y a eu des complications (4 gastroparésies, 2 fistules pancréatiques, 1 abcès, 1 hémorragie digestive), mais aucun décès. Cinq de ces malades ont reçu un traitement adjuvant (chimio et radiothérapie). Le délai moyen avant récidive a été de 8 mois, et la survie moyenne de 13 mois (3 à 21), la plupart des métastases se situant dans le foie ou le rétropéritoine ; un malade a survécu 18 mois sans récidive.

Les 11 autres (âge moyen 65 ans) ont été récusés pour des motifs d’extension tumorale ou de pathologies associées et 4 d’entre eux ont bénéficié d’une dérivation biliaire et/ou digestive.

Du point de vue anatomopathologique, les caractéristiques les plus constamment rencontrées ont été l’envahissement péri-neural, l’extension extra-pancréatique, et, dans une moindre mesure, la nécrose tumorale.

La durée moyenne de survie de 13 mois chez les malades ayant bénéficié d’une résection (14 mois pour les R0 et 8 pour les R1) se compare favorablement à celle de 4 mois observée chez les malades n’ayant pas eu de résection. En revanche, il n’y a pas eu de survie à 2 ans.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Smoot RL et coll. : Adenosquamous carcinoma of the pancreas: a single-institution experience comparing resection and palliative care. J Am Coll Surg., 2008;207:368-70.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.