Caries et qualité de vie des enfants, on grince des dents !

Quels que soient le pays ou la ville concernés, les caries dentaires représentent un vrai problème de Santé Publique. En 2010, les caries dentaires non soignées sur les dents permanentes représentaient la condition pathologique la plus fréquente au monde, avec 2,4 milliards de personnes atteintes. Plus de 621 millions d’enfants avaient des caries dentaires non soignées sur leurs dents temporaires, ce qui plaçait cette affection à la 10e place des maladies à plus forte prévalence au monde (Kassebaum et al.,2015).

Plus récemment, des études croisées ont démontré que ces situations étaient associées avec un impact négatif sur la qualité de vie des enfants, dans différents groupes d’âges. Seulement une étude cas-témoins sur des enfants de 3-5 ans a évalué ces conséquences.

Le but du groupe de chercheurs de Martins et al. en 2017 était d’évaluer l’effet des caries dentaires sur la qualité de vie -associée à la santé orale (« OHR-QoL » en anglais) chez des enfants brésiliens âgés de 8 à 10 ans.

L’étude a porté sur un échantillon représentatif de la population : 546 enfants filles et garçons, entre 8 et 10 ans, scolarisés en écoles privées et publiques ont été sélectionnés de manière aléatoire.
 
La qualité de vie associée à la santé orale (OHR-QoL) de ces enfants était mesurée à l’aide d’un questionnaire individuel : 25 questions leur étaient posées, divisées entre plusieurs thèmes (symptômes oraux, limitations fonctionnelles, bien-être émotionnel et bien être social). Une échelle à 5 niveaux était utilisée en fonction des réponses : 0 = jamais ; 1 = une ou deux fois ; 2 = parfois ; 3 = souvent ; 4 = tous les jours ou presque. Le score du questionnaire a été calculé en additionnant les résultats de chaque question. Le score total était donc compris entre 0 (aucun impact des conditions orales sur la OHR-QoL) et 100 (impact négatif maximum sur la qualité de vie-associée à la santé orale).

En fonction des scores, les participants qui avaient un impact négatif élevé ont été placés dans le groupe « test » (182 enfants) tandis que ceux qui montraient des impacts négatifs faibles ont été placés dans le « groupe contrôle » (364 participants). 

Les caries ont un impact plus important que les traumatismes ou les malocclusions

Trois variables indépendantes susceptibles de retentir sur la qualité de vie ont été étudiées : les caries dentaires, les malocclusions, et les blessures traumatiques dentaires. 

Les antécédents de caries dentaires ont été précisés grâce à l’indice DMFT (abréviation en anglais, signifiant « nombre de Dents Cariées, Obturées, Absentes »), et les enfants ont été divisés en 3 groupes (DMFT/dmft = 0 ; DMFT/dmft = 1 ou 2 ; DMFT/dmft ≥ 3). 

Les malocclusions dentaires ont été prises en compte par la mesure de l’indice d’esthétique dentaire (DAI en anglais) : absent/moyen ≤ 25 ou présent ≥ 25. 

Les blessures traumatiques dentaires ont été également mesurées sur les incisives permanentes, et les enfants ont été classés en 2 groupes en fonction de la présence ou non de traumatismes dentaires.

Sur les 546 enfants sélectionnés dans cette étude cas-témoins basée sur la population, 33 % avaient un impact négatif élevé sur leur qualité de vie associée à leur santé orale, alors que les 2/3 des enfants « contrôles » présentaient un faible impact négatif sur leur OHR-QoL. 

Concernant les blessures dentaires traumatiques et les malocclusions, aucune différence significative entre le groupe contrôle et les cas analysés n’a été démontrée. Cependant, cette étude signale une différence statistiquement significative entre les 2 groupes pour les antécédents de caries dentaires beaucoup plus fréquents dans le groupe avec impact négatif sur la qualité de vie que dans le groupe « contrôle ».

Cette étude démontre que les enfants qui ont vécu de nombreuses expériences de caries dentaires (scores DMFT/dmft à 1, 2 et 3) ont un impact négatif plus élevé sur leur qualité de vie associée à leur santé orale par rapport à ceux qui n’ont jamais eu de caries. 

En effet, les caries dentaires influencent la qualité de vie des enfants dans leurs activités quotidiennes tel que manger, dormir, parler et ont un impact sur leur santé générale. 

Cette donnée est importante car cela souligne que les acteurs de Santé Publique doivent se concentrer sur les populations les plus vulnérables (environnement social et niveau d’éducation bas): en France, ce sont 20 % de la population qui concentrent 80 % des caries dentaires (Dugmore ; 2006). 

Les dommages engendrés par cette distribution inégale des caries dentaires peuvent être minimisés par des soins dentaires complets, incluant prévention individuelle, promotion de la santé orale et traitements dentaires accessibles pour tous. 

Dr Béatrice Ruiz

Références
Martins MT et coll. : Dental caries remains as the main oral condition with the greatest impact on children's quality of life. PLoS ONE 2017. 12(10): e0185365. DOI: org/10.1371/journal.pone.0185365.
Kassebaum NJ et coll. : Global burden of untreated caries: a systematic review and meta regression. J Dent Res., 2015; 94(5) : 650±8. DOI: org/10.1177/0022034515573272.
Dugmore CR : The 80-20 phenomenon (80:20 distribution of caries)--myth or fact. Br Dent J., 2006; 201(4): 197-8. DOI: 10.1038/sj.bdj.4813909.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article