Ce sont les centres de santé qu’on assassine !

Paris, le jeudi 16 mars 2017 - La Loi santé de 2016 donnait deux ans au gouvernement pour légiférer sur les conditions de création et de fonctionnement des centres de santé. Mais alors qu’une concertation se déroule depuis lors, un projet d'ordonnance vise à réinstaurer une procédure d'autorisation préalable pour la création de ces structures, alors qu’elle avait disparu depuis la réforme HPST et qu’elle n’a jamais été décidée durant ces négociations. Ce projet s’inscrirait dans le sillage de "l’affaire Dentexia" croit savoir les organisations du secteur.

« Rien de ce qui avait été concerté n’est conservé ! En lieu et place, le ministère produit un texte sorti à la va-vite, sans la moindre concertation. Prenant prétexte des pratiques de quelques escrocs, c’est 1 650 centres de santé qu’on assassine avec cette ordonnance discriminatoire et infamante » s’indignent la FNCS (Fédération nationale des centres de santé) l’USMCS (Union syndicale des médecins des centres de santé) et le SNCDCS (Syndicat national des chirurgiens-dentistes des centres de santé) dans un communiqué commun.

Le texte poserait également des conditions qui pourraient geler certaines initiatives : « certains projets en cours n'auraient pas pu voir le jour, du simple fait, par exemple, que tous les médecins n'étaient pas encore recrutés au jour de l'ouverture », estime Eric May, président de l’USMCS, auprès de nos confrères de l’hebdomadaire "Le Généraliste". Enfin, l'ordonnance empêcherait aussi le développement d’établissements par des mutuelles lorsqu’elles sont également centrales d'achat.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article