Cicatrice atrophique d’acné, l’injection de graisse autologue semble une option intéressante

Si le traitement médical de l’acné a fait des progrès majeurs ces dernières décennies, la prise en charge des cicatrices inesthétiques d’acné, avec leur retentissement psychologique reste un challenge dans grand nombre de cas.

De multiples thérapeutiques sont aujourd’hui en compétition dont le resurfaçage laser, les peelings, le comblement, la chirurgie…sans que l’on dispose le plus souvent, pour opter entre elles, d’essais comparatifs répondant aux critères actuels de l’evidence based medicine.    

Concernant les cicatrices atrophiques une équipe indienne tente (modestement) de combler cette lacune. H Vinma et coll. du département de dermatologie, de vénérologie et de la léproserie de Mangalanore ont comparé, dans une petite étude, deux traitements relativement récents proposés pour ces cicatrices, l’injection de plasma riche en plaquette (PRP) et de graisse autologue. Vingt patients ont été répartis entre les deux thérapeutiques. Dans les deux bras de l’essai, la prise en charge débutait par une subcision cicatricielle (geste qui, schématiquement, consiste à décoller légèrement la cicatrice du tissu sous-jacent).

Dans le premier groupe, l’injection de graisse autologue succédait à une seule séance de subcision. Dans le second, trois injections de PRP intradermiques étaient combinées à trois subcisions à un mois d’intervalle.

Les résultats ont été jugés de la manière la plus rigoureuse possible au 3ème mois de façon à la fois quantitative à l’aide de photos numériques mesurant l’importance des cicatrices sur une échelle de Goodman et Baron, et qualitative avec une estimation de l’évolution de l’aspect des cicatrices en simple insu par un praticien et une échelle de satisfaction cotée par les patients.

L’évaluation quantitative a retrouvé de meilleurs résultats avec la graisse autologue (61 % de réduction contre 44 % avec le PRP ; différence significative : p=0,015). Le jugement des praticiens a été plus partagé sans différence significative (7 excellentes réponses dont 4 avec la graisse autologue et 3 avec le PRP). Quant à l’avis des patients, il a été balancé avec 3 sujets très satisfaits dans chaque groupe. Les deux traitements ont été bien tolérés.

Pour les auteurs leur travail montre que l’injection de graisse autologue succédant à une subcision est une technique à la fois simple, peu couteuse et rapide permettant une amélioration significative et durable des cicatrices atrophiques d’acné.

Il reste que pour confirmer ces données encourageantes, un essai de plus grande envergure avec une durée de suivi prolongée est indispensable.

Dr Gilles Haroche

Référence
Vinma H et coll. : A comparative study of efficacy and safety of autologous fat grafting versus platelet rich plasma in the treatment of post acne scars. Communication au 24e Congrès Mondial de Dermatologie, Milan 10-15 juin 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article