Cirrhose: une épidémiologie en pleine mutation

L’épidémiologie de la cirrhose change avec moins de cirrhoses d’origine infectieuse et plus de cirrhoses d’origine métabolique, ce que vient de confirmer une étude épidémiologique rétrospective effectuée par une équipe du CH de Jolimont-Lobbes (Belgique) qui a comparé deux cohortes. La première comportait des patients diagnostiqués entre 1995 et 1999 (n = 197) et la seconde des patients diagnostiqués entre 2010 et 2014 (n = 237).

Les résultats montrent une réduction de fréquence des cirrhoses liés au VHC (de 22 à 10 % ; p < 0,0001) et une augmentation de l’incidence des NASH (de 3 à 16 % ; p < 0,0001). L’incidence des cirrhoses alcooliques est restée stable (65 et 67 %). A noter toutefois que les patients ayant une cirrhose alcoolique étaient statistiquement plus jeunes dans la première cohorte, ce que les auteurs expliquent par une plus grande prise de conscience du risque de l‘alcool chez les jeunes aujourd’hui. La réduction des cirrhoses d’origine infectieuse s’explique aisément, quant à elle, par l’efficacité des traitements contre le VHC. Enfin, le recours aux biopsies n’est plus aujourd’hui qu’anecdotique et a laissé la place aux méthodes non invasives de mesure de la fibrose hépatique.

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Référence
Kaze E et coll. : The changing pattern of cirrhosis : a comparison of two cohorts diagnosed 15 years apart. 31th Belgian Week of Gastroenterology (Anvers) : 20-22 février 2019.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article