Comment l'obésité favorise l'asthme et l'hyperréactivité bronchique

L'obésité est un problème de santé publique important. C'est un facteur de risque reconnu pour le diabète de type II, l'hypertension, l'athérosclérose et certains types de cancer. L'obésité semble également favoriser l'asthme et l'hyperréactivité bronchique.

La prévalence de l'asthme augmente en effet de manière très nette chez les sujets obèses ou en surpoids. Les études longitudinales montrent que l'obésité précède l'asthme et que le risque de survenue de l'asthme augmente avec l'aggravation de l'obésité.
D'autres travaux signalent une amélioration de l'asthme lors de la perte de poids.
L'enfant obèse a un risque plus important d'avoir un asthme qui persiste à l'adolescence et à l'âge adulte.

Une équipe de Boston a analysé le retentissement de l'obésité sur le muscle lisse bronchique.
Plusieurs mécanismes peuvent être envisagés :

- des facteurs mécaniques : la masse accrue de la paroi thoracique et abdominale entraîne une diminution de la capacité fonctionnelle résiduelle.
La fréquence respiratoire du sujet obèse est accrue mais le volume courant est plus petit que chez un sujet mince, le prédisposant à une hyperréactivité bronchique.

- des facteurs anatomiques : chez l'enfant, l'obésité peut affecter la croissance pulmonaire conduisant à une réduction de la fonction pulmonaire. L'obésité peut également favoriser un remodelage accéléré des voies aériennes à chaque exacerbation asthmatique.

- des facteurs inflammatoires : il existe, chez le sujets obèse, une inflammation systémique faible mais chronique caractérisée par une élévation des leucocytes circulants, une élévation des concentrations sériques de cytokines, de récepteurs pour les cytokines et de chémokines.

Cette inflammation semble être liée, au moins en partie, au tissu adipeux lui-même.
On note également des changements dans la concentration sérique d'hormones et d'autres facteurs provenant du tissu adipeux pouvant affecter la fonction respiratoire et conduire à l'hyperréactivité bronchique : leptine, adiponectine et inhibiteur de l'activateur du plasminogène.

Dr Geneviève Démonet


Shore SA et coll. : « Obesity, smooth muscle, and airway hyperresponsiveness » J Allergy Clin Immunol 2005 ; 01.064 doi: 10.1016/j. En ligne avant publication. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article