Comment surmonte-t-on l’adversité génétique ?

« Des calculs rapides montrent que peu d’entre nous se trouvent à l’abri d’une prédisposition génétique à une maladie mentale. Voire personne. » Basée sur l’estimation de la fréquence d’allèles défavorables dans la population générale, et mise en exergue par The American Journal of Psychiatry, cette extrapolation tranchante suscite aussitôt une interrogation : comment certains échappent-ils à cette fatalité génétique, quand d’autres n’y résistent pas ?

L’auteur rapproche deux études a priori étrangères l’une à l’autre, mais ayant en fait ce point commun : la faculté de contrecarrer un déterminisme morbide. L’une (Paracchini & col.) concerne la susceptibilité génétique en matière de dyslexie. Le gène examiné n’a reçu encore qu’un nom provisoire (KIAA0319)1 mais curieusement, des individus avec le même génotype à risque peuvent ou non éprouver des difficultés dans l’apprentissage de la lecture. Pourquoi ? L’autre étude (Alim & col.) porte sur l’aptitude à surmonter un traumatisme : devant la même épreuve, certains y parviennent, contrairement à d’autres.

Si l’identification des facteurs de risques (en particulier génétiques) constitue déjà un défi pour la psychiatrie, un autre défi concerne l’éclairage de ce mystère épidémiologique : la majorité des personnes exposées à des risques pourtant identiques ne développe pas la maladie chronique. Les psychiatres sont donc concernés, estime l’auteur, par la compréhension de cette « fracture psychologique » entre individus : certains d’entre nous font face et triomphent parfois de leurs difficultés, alors que d’autres n’ont pas ces mêmes possibilités de résilience. Encore un débat se rattachant à l’acquis opposé à l’inné, et risquant de faire grincer les dents des psychologues et des psychiatres français, enclins à apporter des réponses d’ordre psychanalytique (l’inconscient, le moi, le surmoi, le transfert…) à des questions vues par d’autres sous un angle organiciste : les gènes, la biochimie...       

 

(1) http://en.wikipedia.org/wiki/KIAA0319                                  

Dr Alain Cohen

Référence
Robert Freedman : Coping, resilience, and outcome. Am J Psychiatry 165-12 : 1505-1506.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Gènes et résilience

    Le 19 janvier 2009

    Pour moi pas de conflits mais une exploration variée de fonctions identiques : le moi, le surmoi, le transfert..etc sont une image dynamique des gènes, de la biochimie et de ses variations avec l'environnement. Combien y a-t-il de façons d'explorer l'évolution de la fonction cardiaque ? Entre autres l'imagerie, la mesure invasive par sondes intracavitaires, le test d'effort maximal, les échelles de qualité de vie. Toute réalité est à la fois virtuelle et matérielle : depuis Spinoza (remettant largement en question Descartes) le corps et l'esprit sont réconciliés. Mais peut-être certains de nos collègues ne sont pas encore au courant ? D'où les prétendus conflits.

    Josette Dall'ava.Physiologie-Exploration Fonctionnelle

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.