Compétences élargies pour les infirmières anesthésistes

Paris, le lundi 20 mars 2017 - Le décret n° 2017-316 du 10 mars 2017 relatif aux actes infirmiers relevant de la compétence des infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d'état (Iade)a été publié au journal officiel. Comme précédemment indiqué sur JIM.fr ce décret avait reçu un avis favorable du Haut conseil des professions paramédicales (HCPP) le 27 octobre dernier. Il a pour objet « la clarification et l’élargissement du champ d’exercice des infirmiers anesthésistes diplômés d’État ».C’est l’aboutissement d’un processus de concertation entre Infirmièr(e)s anesthésistes, Médecins anesthésistes et Urgentistes sur les conditions de collaboration de ces professions dans plusieurs secteurs d’activité, anesthésie, transports infirmiers et prise en charge de la douleur, souligne le Syndicat national des infirmiers anesthésistes (SNIA).

Une autonomie renforcée

L’article 4 du texte remplace la notion de « protocole anesthésique »par celle de « stratégie anesthésique ». L’article 1 élargit les dispositions concernant l’autonomie des Iade. Il précise notamment que l’Iadeexerce ses activités sous le contrôle exclusif d'un médecin anesthésiste-réanimateursous deux conditions, le MIR doit être « présent sur le site » et pouvoir « intervenir à tout moment » et aussi avoir aussi « préalablement examiné le patient et établi par écrit la stratégie anesthésique ». Dans ces conditions, l'Iade est « seul habilité » à pratiquer l'anesthésie générale, l'anesthésie loco-régionale et les réinjections dans le cas où un dispositif a été mis en place par un médecin anesthésiste-réanimateur, ainsi que la réanimation « préopératoire ».

L’Iade peut également, sous le contrôle exclusif d'un médecinanesthésiste-réanimateur, intervenir en vue de la prise en charge de la douleur postopératoire.

Enfin, dans le cadre des transports infirmiers interhospitaliers, l'Iade est le seul infirmier habilité à réaliser le transport des patients stables intubés, ventilés ou sédatés.

Confusion sur un terme

« Chaque mot, chaque phrase a fait l’objet d’une analyse approfondie afin d’évaluer son impact sur le cadre réglementaire et par ricochet sur l’exercice au quotidien de chacune des professions », indique le SNIA. Il constate néanmoins une erreur à la lecture du document.

Une différence de rédaction est apparue entre le document final publié et le projet validé au HCPP. En effet, dans l'article 1 du décret, les dispositions concernant l'exclusivité d'exercice mentionnent que l'Iadeest seul habilité à pratiquer la réanimation « PRE-opératoire ».Cette rédaction ne correspond pas aux dispositions prévues lors des travaux de réforme de notre cadre réglementaire qui mentionnaient une exclusivité d’exercice sur la réanimation « PER-opératoire », mention déjà présente dans la précédente version, explique le SNIA. D’après le Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs-élargi (SNPHAR-e), cette erreur aurait été corrigée dans un rectificatif publié au Journal Officiel le 18 mars.

 

*Décret n° 2017-316 du 10 mars 2017 relatif aux actes infirmiers relevant de la compétence des infirmiers anesthésistes diplômés d’État

Dominique Monnier

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article