Considérer l’uricémie à l’admission dans l’insuffisance cardiaque à FEVG+

Des taux élevés d’uricémie sont associés à une augmentation du risque de maladie cardiovasculaire ; par ailleurs, en présence d’une maladie cardiovasculaire établie, l’hyperuricémie est également associée à un mauvais pronostic. En contraste, on connait mal la valeur pronostique du taux de l’uricémie chez des patients hospitalisés pour une insuffisance cardiaque à fraction d’éjection ventriculaire gauche préservée (FEVG+).

C’est ce qui a conduit Kobayashi et coll. à déterminer si le taux d’uricémie noté à l’admission des patients hospitalisés pour une insuffisance cardiaque à FEVG+ pouvait être corrélé à la mortalité qui lui est inhérente.

L’étude a été menée à partir des données de 516 patients consécutifs hospitalisés pour une insuffisance cardiaque à FEVG+ (FEVG ≥ 50 %) et inscrits dans un registre multicentrique, spécifique, d’insuffisance cardiaque à FEVG+ tenu au Japon. Le taux d’uricémie avait été mesuré, à l’admission, chez tous les patients. Le critère principal est le décès de toute cause. Le suivi moyen est de 749 jours (540 à 831).

Davantage de décès au cours du suivi parmi les patients avec une hyperuricémie

Lors du suivi, 90 patients (17 %) sont décédés. L’hyperuricémie s’est trouvée significativement associée à une augmentation de l’incidence des décès de toute cause (p = 0,016). De plus, les patients qui avaient un taux plus élevé d’uricémie (≥ 66 mg/l, en moyenne) et de BNP (B-type natriuretic peptide) (en moyenne : ≥4 01,2 pg/ml) présentaient la plus forte incidence de décès de toute cause (p = 0,002).

En analyse de régression multivariée de Cox, l’hyperuricémie a été trouvée être un déterminant indépendant de la mortalité (hazard ratio 1,23 ; intervalle de confiance 95 % : 1,10 à 1,39) et ce, même après ajustements pour : la présence de facteurs confondants pré-spécifiés, la valeur de la fonction rénale et la prise de diurétiques antérieure à l’admission.

En conclusion, un taux élevé d’uricémie constaté lors de l’admission de patients hospitalisés pour une insuffisance cardiaque à FEVG+ semble être un facteur déterminant indépendant de la survenue d’un décès. En pratique, les résultats de cette étude soulignent l’importance d’évaluer, dès l’admission, le taux d’uricémie de ce type de patients afin de mieux stratifier le risque auquel ils sont exposés.

Dr Robert Haïat

Référence
Kobayashi Y et coll. : Prognostic Value of Serum Uric Acid in Hospitalized Heart Failure Patients With Preserved Ejection Fraction (from the Japanese Nationwide Multicenter Registry). Am J Cardiol 2020 ; 125 : 772-776.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article