Coronavirus : un robot prend du service en un temps record dans un hôpital chinois

Pékin, le samedi 14 mars 2020 - Une grande partie de la recherche scientifique mondiale est aujourd’hui concentrée sur l’épidémie de Covid-19. Parallèlement aux infectiologues et aux épidémiologistes, les équipes engagées dans des travaux reposant sur l’intelligence artificielle et la robotique sont également fortement mobilisées. Ainsi, le 25 janvier, l’Ecole aérospatiale de l’Université de Tsinghua et son Institut de médecine de précision (Pékin) ont lancé le projet de mettre au point un robot capable de réaliser une partie des actes infirmiers et médicaux dans les unités dédiées à l’isolement des patients infectés par SARS-CoV-2. Les ingénieurs et techniciens des laboratoires concernés se sont alors engagés dans une course contre la montre pour mettre au point un dispositif opérationnel en moins de 31 jours. Le robot, a ainsi pu faire ses premiers pas ce lundi dans l’hôpital Ditan à Pékin, pour une phase de test. Le système semble capable d’effectuer des tâches telles que « la prise de température, l'auscultation cardiaque et respiratoire, (…) les prélèvements naso-pharyngés ou encore la distribution de médicaments » énumère un communiqué de l’Université. Si l’ensemble de ces fonctionnalités robotiques existait déjà, les chercheurs chinois ont réussi un remarquable travail de synthèse en un temps record.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Je rigole

    Le 17 mars 2020

    Même si cela est vrai,ce dont je doute en particulier pour les prélèvements,je refuse absolument ce genre de robot destinè pour moi aux industries nucleaires ou eventuellement aux laboratoires P4 si ils peuvent en quoi que ce soit (reste à le demontrer) aider le personnel de ces laboratoires.
    Ou pour toute tache genre nettoyage des égouts, entretien de machines sales et dangereuses pour l'homme, mais pour la medecine et les prélèvements ! Je rigole car j'en ai fait des prelevements dans ma vie et des gestes instrumentaux, et vraiment je ne vois pas un robot face à un patient.

    Veronique Raphel, médecin-infirmière

Réagir à cet article