Corrélation entre la génétique et le type de traitement dans les diabètes néonatal/ monogénique précoce

Les diabètes néonatal/monogénique précoce (DN/DM) sont rares (1/300 000 naissances) mais graves. Ils se répartissent en 2 groupes : DN transitoire et DN permanent, selon la durée de l’insulino-dépendance au stade précoce de la maladie.

Pour comprendre les causes de ces formes rares de diabète et dans le but d’améliorer la qualité de vie de ces jeunes patients, une étude rétrospective puis prospective multicentrique a été menée chez 236 patients entre 1995 et 2009, dont 184 ont eu une analyse génétique qui a permis de poser un diagnostic génétique chez 114 d’entre eux.

La principale conséquence clinique a été que les 29 patients porteurs d’une mutation du canal potassique sensible à l’ATP ont pu modifier radicalement leur traitement : 27 ont interrompu l’insulinothérapie et ont été traités par sulfamides hypoglycémiants avec un très bon résultat métabolique (HbA1c moyenne passant de 8,2 à 6,5 %).

L’analyse génétique dans ces types rares de diabète est importante et a des conséquences sur le plan thérapeutique.

Dr Stéphanie Bernard

Référence
Polak M et coll. : From genetics to the switch from insulin injections to oral treatment in neonatal diabetes mellitus/monogenic diabetes of early infancy (NDM/MDI): the experience of the French NDM study group. 8th Joint Meeting of the Lawson Wilkins Pediatric Endocrine Society / European Society for Pediatric Endocrinology (New York) : 9-12 September 2009.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article