Covid-19 chez les Noirs, l’inégalité ?

L’âge et le genre influencent le pronostic de l’infection à SARS-CoV-2 sévère. Mais les travaux ont montré que l’origine ethnique jouait aussi un rôle non négligeable. En Louisiane par exemple, 59 % des décès par Covid-19 sont survenus chez des Noirs, alors qu’ils ne représentent que 33 % de la population totale de l’État. D’autres études ont apporté des données similaires. Ces différences selon l’origine ethnique n’ont pas encore été parfaitement analysées.

Pour en savoir plus, une équipe de la Nouvelle-Orléans a mené une étude rétrospective de cohorte et comparé les caractéristiques cliniques et l’évolution hospitalière des cas confirmés de Covid-19 chez les Noirs non-hispaniques et les Blancs non hispaniques. Les données analysées sont celles de personnes prises en charge par le prestataire de services de santé Ochsner Health entre le 1er mars et le 11 avril.

L’analyse a porté sur 3 481 personnes soit 70,4 % des Noirs non hispaniques et 29,6 % des Blancs non hispaniques. Au total 1 382 de ces patients ont été hospitalisés, dont 76,9 % de Noirs. La prévalence de l’obésité, du diabète, de l’hypertension et de l’insuffisance rénale chronique est plus importante chez ces derniers. Alors qu’ils ne représentent que 31 % des patients pris en charge habituellement par le système Ochsner Health, ils constituent 76,9 % des patients de cette cohorte, hospitalisés avec une infection par le SARS-CoV-2.

Des différences gommées par l’ajustement selon le statut social et l’état de santé préexistant

Le pourcentage de Noirs avec des anomalies des taux de créatinine, d’ASAT et des marqueurs de l’inflammation est plus élevé que celui de Blancs. Environ 80 % des patients qui ont nécessité des soins de réanimation ou une ventilation mécanique étaient noirs et ces derniers sont aussi sur-représentés parmi les patients décédés à l’hôpital. Toutefois l’ajustement pour les différences socio-démographiques et les caractéristiques cliniques au moment de l’admission gomme ces différences et le fait d’être Noir n’est pas associé à une mortalité plus importante (Hazard ratio 0,89 ; intervalle de confiance à 95 % 0,68 à 1,17).

Ces différences observées concernant la prévalence de la Covid-19 sont probablement mutlifactorielles. Elles peuvent être liées au risque d’exposition, variable notamment selon les professions des individus. En effet en Louisiane, les métiers de service, tels que ceux en rapport avec l’alimentation ou l’aide à la personne, sont très souvent exercés par des personnes « issues des minorités ». Les inégalités peuvent aussi être la conséquence de différences dans la prévalence des pathologies chroniques (obésité, diabète), l’incidence de ces maladies étant plus élevée parmi les personnes de niveau d’éducation et de revenus faibles, quelle que soit la couleur de peau.

Dr Roseline Péluchon

Références
Price-Haywood EGet coll. : Hospitalization and Mortality among Black Patients and White Patients with Covid-19. N Engl J Med 2020;382:2534-43. DOI: 10.1056/NEJMsa2011686

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Races ?

    Le 29 juin 2020

    Pourquoi inviter le racialisme américain quand, dans la suite de l'article, vous démontrez combien il s'agit d'une question socio-économique et nullement raciale, et donc d'un faux problème médical.
    La race est une invention humaine, pourquoi en faire une réalité scientifique. Laissez celà aux intéressés, nos amis américains. La couleur de peau ne discrimine aucune "race", et sans doute aucune homogénéité génétique bien nette.

    Dr Gilles Bouquerel

  • L'impasse de l'ethnicité & épigénétique

    Le 30 juin 2020

    L’analyse de l’ETHNICITE dans la compréhension des disparités de pénétrance du SARS-CoV-2, de la variabilité des expressions cliniques (Anosmie/Agueusie, Oxygéno-requérence ,« Syndrômes inflammatoires multiviscéraux pédiatriques en période COVID»), géographiques apporte plus de Questions que de Réponses :
    Daniel Pana , Shirley Szec , Jatinder S. Minhasc . The impact of ethnicity on clinical outcomes in COVID-19: A systematic review . EClinical Medicine 2020 , June 3
    Price-Haywood EG et coll. : Hospitalization and Mortality among Black Patients and White Patients with Covid-19. N Engl J Med 2020;382:2534-43

    Quand ce paramêtre a pu ou surtout su être évaluées en faisant la part des des FACTEURS CONFONDANTS : Co-morbidités & Socio-économiques de recours aux soins
    Bokor-Billmann T, Langan EA, Billmann F. The reporting of race and/or ethnicity in the medical Literature : a retrospective bibliometric analysis confirmed room for improvement. Journal of clinical epidemiology. 2020 Mar 1;119:1-6


    L’analyse de l’ETHNICITE est tabou en Europe, hors UK.
    Götzinger F, Santiago-García B, Noguera-Julián A et coll on behalf of the ptbnet COVID-19 Study Group. COVID-19 in children and adolescents in Europe : a multinational, multicentre cohort study. Lancet Child Adolesc Health 2020 June 25

    L’analyse de l’ETHNICITE reste tabou en France , même si le sujet est régulièrement remis en lumière, au grés de l’actualité voir des activismes.

    Simon P. The choice of ignorance: The debate on ethnic and racial statistics in France.In Social Statistics and ethnic diversity 2015 (pp. 65-87). Springer, Cham

    Quelques analyses cependant, sachant alors mentionner l’absence de facteurs socio- environnementaux confondants dans des situations cliniques d’exception :

    Toubiana J, Poirault C, Corsia A et coll . Kawasaki-like multisystem inflammatory syndrome in children during the covid-19 pandemic in Paris, France: prospective observational study. BMJ. 2020 Jun 3; 369 : m2094

    L’information apportée par ce paramêtre peut cependant être cliniquement utile. Les exceptionnels «Syndrômes inflammatoires multiviscéraux pédiatriques en période COVID 19» anxiogênes car potentiellement léthaux en l’absence de prise en charge très spécialitée en sont une illustration (Jim 17/6)
    Quand ce paramêtre a su ou pu être analysé, les AFROCARAIBEENS sont majoritaires dans la série de Necker* (57%) comme en Angleterre** (22/58:38%) où cette population est la plus touchée par l’instabilité hémodynamique, les dilatations / anévrysmes coronariens :

    *Toubiana J, Poirault C, Corsia A et coll . Kawasaki-like multisystem inflammatory syndrome in children during the covid-19 pandemic in Paris, France: prospective observational study. BMJ. 2020 Jun 3; 369 : m2094
    **Riphagen S ,Gomez X, Gonzalez-Martinez C et coll . Hyperinflammatory shock in children during COVID-19 pandemic . Lancet. 2020 May 23 Vol 395, Issue 10237 : 1607-1608
    **Whittaker E, Bamford A, Kenny J, et coll . Clinical Characteristics of 58 Children With a Pediatric Inflammatory Multisystem Syndrome Temporally Associated With SARS-CoV-2 . JAMA. 2020 Jun 8 ; e2010369 (in press)

    Ce constat n’est cependant pas partagé à NYC où la communauté ashkenaze prédomine:

    (6/17: 35%) : Cheung EW, Zachariah P, Gorelik M et coll . Multisystem Inflammatory Syndrome Related to COVID-19 in Previously Healthy Children and Adolescents in New York City . JAMA. 2020 Jun 8 ; e2010374

    Paradoxalement en période COVID, cet aspect reste inconnu des données pédiatriques ASIATIQUES initiales «épicentre» de la maladie de Kawasaki depuis 50ans : Taiwan & Japon où l’ incidence est habituellement x 3 à 15 Pas d’enfant sur le Diamond Princess.

    On avait déjà noté en asie la rareté de l’anosmie/agueusie, si fréquente en Europe chez les femmes jeunes mais où l’éthicité n’est pas renseignée :

    Lechien JR, Chiesa-Estomba CM, Place S et coll . Clinical and epidemiological characteristics of 1420 European patients with mild-to-moderate coronavirus disease 2019 . J Intern Med. 2020 Apr 30 ;10.1111

    Le rôle du polymorphisme génomique pour le récepteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine-2 (ACE2) vient d’être revu par l’IHU :

    Devaux CA, Rolain JM, Raoult D. ACE2 receptor polymorphism: Susceptibility to SARS-CoV-2, hypertension, multi-organ failure, and COVID-19 disease outcome. J Microbiol Immunol Infect. 2020;53(3):425-435

    Il pourra être une piste de la compréhension des disparités de pénétrance du SARS-CoV-2 (Adulte vs Enfant), de la variabilité des expressions cliniques (Anosmie/Agueusie ,« Syndrômes inflammatoires multiviscéraux en période COVID»), géographiques & éthniques constatées quand elles ont pu ou surtout su être évaluées :

    Patel AB, Verma A. Nasal ACE2 Levels and COVID-19 in Children . JAMA. 2020 May 20
    Bunyavanich S, Do A, Vicencio A. Nasal Gene Expression of Angiotensin-Converting Enzyme 2 in Children and Adults . JAMA. 2020 May 20 : e208707
    Cao Y, Li L, Feng Z, Wan S et coll . Comparative genetic analysis of the novel coronavirus (2019-nCoV/SARS-CoV-2) receptor ACE2 in different populations. Cell Disc 2020;6:11


    Identification préliminaire de locus de susceptibilité (3p21.31) & Implication potentielle du système ABO chez les patients atteints de formes respiratoires sévères (Jim 22/6) :

    Ellinghaus D, Degenhardt F, Bujanda L et coll The Severe Covid-19 GWAS Group. Genomewide Association Study of Severe Covid-19 with Respiratory Failure . N Engl J Med. 2020 Jun 17;10.1056

    LesIMPLICATIONSéthiques,cliniques,thérapeutiques,
    préventives de ces considérations épigénétiques restent inconnues, il reste difficile de trouver le Message dans le Bruit.
    Leur impact sur un hypothêtique calendrier des priorités vaccinales est un gouffre.
    Elles rappellent cependant l’impact inégalitaire d’un virus égalitaire dans des populations & des sociétés qui ne le sont pas avant. Avant – Pendant – Après confinement.

    Dr JP Bonnet

  • COVID raciste !

    Le 30 juin 2020

    Cher JIM ,

    Je suis tte satisfait de la qualité de vos papiers. Je voulais me permettre de préciser qu’aux USA certains vivent encore dans des guerres ethniques.

    J’avais un confrère lorsque j’étais Resident qui avait le teint foncé comme du charbon. Et pourtant dans leur langage ce n’était pas un black. J’ai demandé gentiment pourquoi ? Bah c’est un hispanique ! Black c’est un label comme bel américain ! Ils sont fous. L’Afrique est manifestement épargnée et aux USA la couche sociale totalement dépourvue de protection sociale souffre 10% de plus que les blancs non hispaniques comme l’origine espagnol fait de vous un drôle de blanc.

    Refusez ce genre d’articles qu’ils se les gardent. Faisons comme l’Oreal, pas de blanc et de noir pour parler des humains. Vive les États Unis et Vive la France.

    Dr P

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article