Covid-19 : l’article qu’il fallait avoir lu

Il paraîtrait que le film le plus regardé en cette période de confinement est « Contagion ». Réalisé en 2011 par Steven Soderbergh, il semble prémonitoire et nombreux sont ceux qui pensent qu’il aurait été judicieux de s’en inspirer davantage. Mais la négligence (certains parlent d’effet « Cygne Noir ») ne concerne pas la seule fiction : certains scientifiques avaient aussi tiré la sonnette d’alarme…sans être entendus !

Ainsi la lecture d’un article publié par une équipe chinoise en 2007 et qui évoquait la pandémie de 2003 est-il passé inaperçu. Alors qu’il contenait dans ses descriptions et ses conclusions tous les indices de ce qui allait advenir, que l’on aurait ainsi pu prévoir et surtout…éviter !

Car le début de la pandémie de COVID-19, due au virus SARS-CoV-2, ressemble à s’y méprendre à celui la pandémie de 2003. Apparue en Chine, due à un coronavirus inconnu à l’époque, le SARS-CoV-1, l’infection a touché rapidement plus de 8 000 personnes à travers le monde, avec un taux de décès évalué à 10 %. L’impact sur les systèmes de soins, les économies et les sociétés des pays affectés, a été considérable au cours des quelques mois qu’a duré l’épidémie. Alors que le nombre de personnes infectées semble presque « dérisoire » aujourd’hui : l’OMS annonçait le 25 mars près de 450 000 cas de COVID-19 confirmés dans le monde.

Une bombe à retardement

Quelque 4 000 publications disponibles en ligne témoignent de l’intense effort réalisé pour comprendre et maîtriser dans un bref délai l‘épidémie de SRAS de 2003. Le mode de transmission du virus SARS-CoV-1 (gouttelettes respiratoires, contact avec sujet infecté), la durée de l’incubation (de 2 à 14 jours), et la transmissibilité (1 cas est suivi en moyenne de 2 à 4 cas secondaires) ont été rapidement déterminés. En revanche, nombre d’éléments restaient mal connus ou totalement ignorés. Parmi ceux-ci, le rôle des événements de « super-propagation » et la transmissibilité, la saisonnalité du virus, les bases moléculaires et immunologiques de la pathogénie de la maladie chez les humains, les modalités de dépistage ou encore la prévention ou la prise en charge des patients, etc.

Dans leur mise au point de 2007, Cheng VCC et coll. soulignent néanmoins que les coronavirus sont connus pour subir des recombinaisons génétiques, à l’origine de nouveaux génotypes et donc de possibles futures épidémies. Si la chauve-souris « à fer à cheval » est le réservoir naturel du SARS-CoV-1, le nombre important d’espèces de mammifères susceptibles d’être infectés (civettes palmistes, furets, chiens viverrins) démontre la capacité du virus de traverser les frontières inter-espèces, faisant de lui un candidat parfait à l’émergence ou la réémergence.

Pour les auteurs, la présence de ce large réservoir de coronavirus, associé à la coutume fréquente au sud de la Chine de manger des animaux sauvages, disponibles sur des marchés, constitue une véritable bombe à retardement. Ils concluent sur la nécessité de ne pas ignorer la possibilité de la réémergence du SRAS-CoV-1 ou d’autres nouveaux virus et donc sur la nécessité de s’y préparer…

Il est des publications dont on regrette qu’elles n’aient pas eu plus d’échos.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Cheng VCC et coll. : Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus as an Agent of Emerging and Reemerging Infection. Clin Microbiol Rev., 2007; 20(4): 660–694.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (8)

  • Ne pas manger n'importe quoi, n'importe comment

    Le 26 mars 2020

    Revoir les interdits bibliques du Deutéronome et les actualiser...
    Revoir l'Hygiène de Maimonides également...?
    Pas besoin de faire de longues recherches compliquées!?
    Mais la raison, elle, semble bien absente…

    Dr Jacques Borek

  • Covid un peu d'histoire

    Le 27 mars 2020

    il y avait préparation sans doute insuffisante.
    Mais les français ne sont pas plus bêtes que les autres. Voir document du HCSP de 2001 et article de HCSP :

    Infections virales aiguës importées hautement contagieuses et leur prise en charge.
    HCSP Avis et rapports décembre 2001 :
    "Infections virales aiguës il faut se préparer comme pour la guerre" Pr R Roué Bulletin ADSP Mars 2002.

    Dr JL Rey épidémiologiste

  • Une question

    Le 29 mars 2020

    Pourquoi ne pas transformer les hangars existant porte de Versailles et Rungis en chambres de reanimation réalisable en qq jours ?

Voir toutes les réactions (8)

Réagir à cet article