Covid-19 : les recommandations de l’EULAR en bref

Les maladies rhumatismales sont souvent d’origine auto-immune et les patients atteints de ces pathologies sont souvent sous immunosuppresseurs. Ces deux facteurs de risque (maladies auto-immunes et traitement immunosuppresseur) ont été associés à des formes graves d’infection au SARS-CoV-2.

Lors du congrès 2020 de l’EULAR (virtuel, Covid-19 oblige), le Pr Robert Landewé (Amsterdam) a présenté la Task Force qui a été mise sur pied par le Ligue dès le 3 avril 2020 afin de collecter rapidement les avis d’experts et d’établir
des recommandations générales pour la prise en charge des patients atteints de maladies rhumatismales dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

Parmi ces recommandations, l’ont retiendra :
•    Qu’il n’y a pas de preuves avérées que les patients rhumatologiques aient plus de risque de contracter l’infection au SARS-CoV-2
•    Que le diagnostic et le traitement de la Covid-19 sont sous la responsabilité des experts de cette pathologie, essentiellement pneumologues et infectiologues
•    Que les rhumatologues restent les garants de l’utilisation opportune des immunosuppresseurs en cas de maladie rhumatismale en gardant à l’esprit la possibilité d’une rupture des stocks de ces médicaments
•    Que les rhumatologues doivent aussi se tenir au courant de l’évolution de la littérature à propos des sDMARD (Synthetic Disease Modifying Anti-Rheumatic Drugs) et des bDMARD (Biologic Disease-Modifying Anti-Rheumatic Drugs) tandis que l’usage hors AMM de ces produits ne devrait être autorisé que dans le cadre d’un essai clinique

De plus, les experts de cette Task Force ont établi 13 recommandations selon 4 thématiques différentes avec divers degrés d’adhésion parmi ces experts.

Mesures générales de prévention

1. Les patients atteints d’une maladie rhumatismale devraient prendre toutes les mesures de prévention et de contrôle prévues par les autorités de leur pays (95 % d’adhésion).
2. Ces patients devraient suivre les mêmes recommandations que celles de l’ensemble de la population (89 % d’adhésion)
3. En l’absence de suspicion ou de confirmation d’une Covid-19, ces patients doivent poursuivre leur traitement : AINS, glucocorticoïdes, sDMARD, bDMARD, anti-ostéoporotiques, analgésiques, … (94 % d’adhésion)

Prise en charge des maladies rhumatismales durant la pandémie de Covid-19

4. Lorsque la maladie rhumatismale est stable et son traitement correctement pris par le patient sans signe de toxicité, les consultations chez le rhumatologue et le monitoring biologique peuvent être décalés afin de limiter les déplacements (94 % d’adhésion)
5. Si un traitement récemment introduit doit être ajusté en raison d’une flambée de la maladie rhumatismale, ou en présence de signes de toxicité de ce médicament, il faut peser le risque d’une consultation à l’hôpital avec celui de décaler l’avis du rhumatologue (89 % d’adhésion)
6. En cas de contact hospitalier nécessaire, les patients et toute l’équipe de rhumatologie doivent répondre aux règles de prévention et de contrôle imposées dans l’hôpital (94 % d’adhésion)
7. Les patients atteints de maladie rhumatismale sans symptômes de Covid-19 mais ayant été en contact avec une personne positive devraient être testés (63 % d’adhésion)

Prise en charge des maladies rhumatismales en cas de test Covid-19 positif

8. Les patients traités par corticoïdes pour une maladie rhumatismale et qui présentent des symptômes de Covid -19 devraient continuer leur traitement habituel (79 % d’adhésion)
9. En cas de symptômes modérés de Covid-19 (symptômes rhinopharyngés, anosmie, dysgueusie, fatigue, myalgie, arthralgie, anorexie, diarrhée, température >38 °C), une modification du traitement par DMARD sera discutée au cas par cas (84 % d’adhésion)
10. Lorsque les symptômes de Covid-19 s’aggravent (fièvre, dyspnée, tachypnée >20/min, hypoxie, cyanose), les patients doivent prendre contact immédiatement avec un expert de la Covid-19 (94 % d’adhésion)
11. S’ils sont hospitalisés pour une Covid-19, ils doivent suivre les recommandations locales de prise en charge de la Covid-19 (89 % d’adhésion). Reste le problème du syndrome de relargage cytokinique, témoin d’une hyper inflammation, et qui demande une concertation multidiscplinaire

Prévention des autres infections pulmonaires

12. Les patients atteints d’une maladie rhumatismale doivent adapter leur calendrier vaccinal aux recommandations EULAR de vaccination, en particulier les vaccinations anti pneumococcique et antigrippale (89 % d’adhésion)
13. S’ils sont traités avec des glucocorticoïdes ou du cyclophosphamide, une prophylaxie de la pneumonie par Pneumocystis jiroveci doit être entreprise (89 % d’adhésion)

Pr Robert Landewé clôture sa présentation en rappelant que la Covid-19 reste mal connue et que les recommandations émises par la Task Force de l’EULAR sont susceptibles d’être modifiées en fonction des données de la littérature.

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Référence
Landewé R. : EULAR provisonal recommandations for the management of musculoskeletal diseases in the context of SARS-coV-2. Congrès annuel de la ligue européenne contre le rhumatisme (EULAR). 3 juin 2020 (virtuel).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article