DAAP après un SCA stenté, on peut faire plus court…

La durée de l’anti-agrégation plaquettaire (AAP) prescrite après l’insertion d’un stent coronaire réalisée dans le contexte d’un syndrome coronaire aigu (SCA) fait l’objet de recommandations…parfois encore contradictoires.

C’est cette situation incertaine qui a conduit Knijnik et coll. à tenter de déterminer si une double AAP (DAAP) de durée plus courte, suivie de la prise d’un inhibiteur du récepteur P2Y12, était :

1 - aussi efficace qu’une DAAP de 12 mois ;
2 - était associée à moins d’événements hémorragiques.

Pour ce faire, ils ont recherché dans les bases PubMed, Scopus et Cochrane, toutes les études randomisées, contrôlées, menées dans le cadre d’un SCA, et comparant une DAAP de 12 mois et une DAAP de 1 à 3 mois suivie de la prise d’un inhibiteur du récepteur P2Y12 en monothérapie.

Trois mois au lieu de 12 : moins d’hémorragies et de mortalité, même taux d’événements CV

La méta-analyse a finalement porté sur 5 essais cliniques randomisés qui regroupaient 18 046 participants. Ils comparaient donc une DAAP (aspirine et inhibiteur du récepteur P2Y12) poursuivie pendant 12 mois et suivie de la prise d’un des deux AAP ; et une DAAP (aspirine et inhibiteur du récepteur P2Y12) plus courte, de 1 à 3 mois, suivie de la prise, au long cours, d’un inhibiteur du récepteur P2Y12 en monothérapie.

Par rapport aux patients assignés, par randomisation, à une DAAP de 12 mois, ceux assignés à une DAAP de 1 à 3 mois suivie de la prise au long cours d’un inhibiteur du récepteur P2Y12 en monothérapie, ont présenté un taux moindre de saignement majeur (1,42 % vs 2,53 %; odds ratio [OR] 0,53; intervalle de confiance [IC] 95 % : 0,42 à 0,67; p < 0,001) et de décès de toute cause (1,00 % vs 1,42 % ; OR 0,71 ; IC 95 % : 0,53 à 0,95 ; p = 0,02) mais un taux semblable d’événements cardiovasculaires majeurs (2,66 % vs 3,11 % ; OR 0,86 ; IC 95% : 0,71 à 1,03 ; p = 0,10).

Ainsi, après un SCA, par rapport à la traditionnelle DAAP de 12 mois, une DAAP plus courte de 1 à 3 mois, suivie de la prise d’un inhibiteur du récepteur P2Y12 en monothérapie, réduit l’incidence des saignements majeurs et des décès de toute cause sans augmentation de l’incidence des événements cardiovasculaires majeurs.

Dr Robert Haïat

Référence
Knijnik L et coll. : Meta-Analysis of Duration of Dual Antiplatelet Therapy in Acute Coronary Syndrome Treated With Coronary Stenting. Am J Cardiol., 2021; 151: 25-29.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.