Dans l’œil des jeunes patients diabétiques

Parmi les complications dégénératives du diabète, celles qui concernent l’œil sont fréquentes et préoccupantes. La rétinopathie diabétique n’est pas la seule en cause, mais quel est l’impact du type de diabète sur le risque oculaire ? Les formes les plus sévères sont-elles l’apanage du diabète de type 1 ? Ces questions étaient théoriques il y a un demi-siècle, mais elles deviennent actuelles au fur et à mesure que la prévalence et l’incidence du diabète de type 2 augmentent chez des sujets de plus en plus jeunes dans un contexte favorisant l’obésité ou le surpoids.

Une étude de cohorte rétrospective, réalisée dans le comté d’Olmsted (Minnesota, Etats-Unis) a concerné la période allant du 1er janvier 1970 au 31 décembre 2019 ; 525 patients (hommes : 50,3 %) ont été inclus chez lesquels un diabète de type 1 (n = 461) ou 2 (n = 64) avait été diagnostiqué à un âge moyen de 12,1 ± 5,4 ans. Dans la majorité des cas (86,6 %), un suivi ophtalmologique régulier était instauré. Des complications oculaires ont été ainsi détectées chez 147 des 416 patients atteints d’un diabète de type 1 (31,2 %), et 17/64 en cas de diabète de type (26,6%).

Risque de rétinopathie multiplié par plus de deux avec un diabète de type 2

Le risque de rétinopathie diabétique toutes formes anatomocliniques confondues s’est avéré globalement presque deux fois plus élevé en cas de diabète de type 2, le rapport des hazard ratios (HRs) (versus diabète de type 1) étant en effet estimé à 1,88 (intervalle de confiance à 95 % IC95 %, 1,13-3,12 ; p = 0,02).

Il en a été de même pour les formes non prolifératives, la valeur correspondante étant de 2,33 (IC 95 %, 0,99-5,50 ; p = 0,048). Quant aux formes prolifératives, le risque est apparu majoré de près de 50 % (rapport des HR = 1,49 (IC 95 %, 0,46-4,89) sans atteindre le seuil de signification statistique et la même remarque s’applique à l’œdème maculaire diabétique comme à la cataracte à impact visuel significatif.

Enfin, l’éventualité d’une vitrectomie par la pars plana quinze ans après le diagnostic a été multipliée par plus de 4 en cas de diabète de type 2, la valeur correspondante étant en effet de 4,06 (95% CI, 1,34-12,33; p = 0,007).

Cette étude rétrospective illustre le risque accru de complications oculaires en cas de diabète de type 2, diagnostiqué chez des patients jeunes. Selon les données démographiques de l’étude, le diabète de type 1 reste très largement prédominant chez l’enfant ou l’adolescent. Des résultats à confirmer qui incitent cependant à suivre de très près les yeux des jeunes patients atteints d’un diabète de type 2, au demeurant souvent exposés à d’autres facteurs de risque que le diabète, notamment le surpoids ou l’obésité.

Dr Philippe Tellier

Référence
Bai P et coll. : Ocular Sequelae in a Population-Based Cohort of Youth Diagnosed With Diabetes During a 50-Year Period. JAMA Ophthalmol., 2021 : publication avancée en ligne le 2 décembre. doi:10.1001/jamaophthalmol.2021.5052.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article