DAPA, de l'intérêt de l'implantation d'un défibrillateur en post-infarctus

L'essai multicentrique randomisé contrôlé DAPA (Defibrillator After Primary Angioplasty) a été mené dans 12 hôpitaux des Pays-Bas et de Pologne sur des  patients traités par angioplastie primaire pour infarctus avec sus-dénivellation de ST et présentant au moins une caractéristique de haut risque 

• fraction d'éjection < 30 % lors d'une mesure effectuée au cours des 4 jours suivant l'admission,
• flux TIMI < 3 après l'angioplastie dans l'artère responsable de l'infarctus
• fibrillation ventriculaire primaire ( < 24 heures)
• classe Killip ≥ 2.

La randomisation intervenait 30 et 60 jours après l’infarctus et allouait les patients à un bras traitement médical standard seul ou à un bras traitement médical standard plus implantation prophylactique d'un défibrillateur. Le critère principal d’évaluation était la mortalité globale à 3 ans.
L’étude prévoyait d’inclure 700 patients, mais elle a été stoppée en 2013 par le comité de surveillance en raison d’un recrutement trop lent, après avoir inclus 266 patients soit 38 % de l’effectif prévu.

Les résultats présentés lors du congrès annuel de l'European Society of Cardiology (ESC 2019) correspondent à une analyse menée en février 2019 (jusqu'à 9 ans de suivi) et concernent les différents types de mortalité (toutes causes, cardiovasculaire et non-cardiovasculaire).

Dans la population concernée, les caractéristiques de haut risque les plus fréquentes étaient la fraction d'éjection < 30 % (76 %) et le flux TIMI <3 (30 %). L'infarctus était antérieur dans 83 % des cas et l’implantation du défibrillateur a été effectuée en moyenne 50 jours après l’infarctus. En cours d'étude, 19,3 % des 133 sujets traités médicalement ont été implantés et 6,1 % des 129 sujets implantés sont revenus au traitement médical seul.

Il a été rapporté une baisse de 42 % de l'incidence du critère d'évaluation principal dans le bras défibrillateur, soit 24,4 % de décès toutes causes versus 35,5 % dans le bras traitement médical seul (Hazard ratio [HR] = 0,58 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 0,37 à 0,91 ;  p = 0,02).

Ce résultat s'explique par une diminution des décès d'origine cardiovasculaire 11,5 % versus 18 % (HR =  0,52 ; p = 0,04) alors que les décès non-cardiovasculaires ne sont pas significativement affectés, respectivement 11,5 % versus 11,9 % (HR = 0,78 ; p = 0,52).    A noter qu'une mesure intermédiaire de la fraction d'éjection effectuée après 18 mois de suivi a documenté une amélioration dans 46 % des cas. Mais cette analyse à long terme retrouve un bénéfice du défibrillateur même chez ceux dont la fraction d'éjection dépassait alors 30 % (HR = 0,47).

L'intérêt de l'implantation prophylactique précoce d'un défibrillateur en post-infarctus en cas de haut risque était un domaine relativement peu exploré. Ce travail indique un bénéfice important après angioplastie primaire dans une population à haut risque. Des résultats qu'il convient maintenant de valider dans d'autres études.

Dr Jean-Claude Lemaire et Dr Eric Tison

Références
Haanschoten D : DAPA - Long-term outcome of the Defibrillator After Primary Angioplasty Trial - Implantable Defibrillator Early After Primary Percutaneous Intervention for ST-Elevation Myocardial infarction. European society of cardiology (Paris): 31 août-4 septembre 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.