De l’aspirine pour les septicémies ?

L'incidence mondiale des septicémies augmente, touchant des millions de personnes chaque année, avec un taux de mortalité supérieur à 25 %. Les réponses inflammatoires incontrôlées et les effets pro-coagulants sont des mécanismes importants du développement de la septicémie, avec survenue d’une CIVD qui conduit à la formation de microthrombus intra-vasculaires. Les interactions plaquettes-endothélium et plaquettes-neutrophiles dues à l'activation plaquettaire jouent un rôle important dans la formation de ces microthrombus et la libération de facteurs inflammatoires. D’où l’intérêt théorique des antiplaquettaires dont l’utilisation en clinique a pourtant donné des résultats contradictoires.

Une méta-analyse de 10 études de cohortes publiées entre 2012 et 2018 (PubMed, Cochrane Library, CBM, Embase), portant sur 689 89 patients, permet de clarifier quelque peu les choses.

Moindre mortalité sous aspirine

Selon cette méta-analyse en effet, les médicaments antiplaquettaires pourraient réduire efficacement la mortalité des patients atteints de septicémie (Odds Ratio OR = 0,82, intervalle de confiance à 95 % IC 95 % : 0,81-0,83, p < 0,05). Sept études ont utilisé l'aspirine comme traitement antiplaquettaire et ont montré que l'aspirine réduisait la mortalité en soins intensifs ou à l'hôpital chez les patients atteints de septicémie (OR = 0,60, IC à 95 % : 0,53-0,68, p < 0,05). Une analyse de sous-groupes distingués en fonction du moment de l'administration des antiplaquettaires fait apparaître que ceux-ci peuvent réduire la mortalité lorsqu'ils sont administrés avant (OR = 0,78, IC à 95 % : 0,77-0,80), ou bien après la septicémie (OR = 0,59, IC à 95 % : 0,52-0,67).

Des résultats à prendre avec des pincettes

Le fait que les essais cliniques randomisés et contrôlés n'aient pas été inclus dans cette méta-analyse, que le moment de l'administration ainsi que la durée et la posologie des antiplaquettaires variaient d'une étude à l'autre, ainsi que l’évolutivité des critères diagnostiques du sepsis, rendent difficile la généralité des conclusions.

De plus, l'absence d'essais cliniques prospectifs randomisés à grande échelle, doit faire interpréter ces résultats avec prudence. Enfin, les patients doivent faire l'objet d'une surveillance étroite afin de déceler tout effet indésirable, notamment une hémorragie. Bien que Otto et coll. et Eisen et coll. ont signalé des hémorragies, mais sans incidence plus élevée dans le groupe de patients traités par antiplaquettaires.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Références
Ouyang Y et coll. : Effects of antiplatelet therapy on the mortality rate of patients with sepsis: A meta-analysis.
J Crit Care, 2018; 50: 162-168. doi: 10.1016/j.jcrc.2018.12.004.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.